logo du site d'Ivry ma ville. Ivry94.fr

Réseaux sociaux

Accueil > Actualités > Lycéens contre Parcoursup Zoomer Dézoomer Imprimer Facebook Twitter Transfèrer à un ami

Lycéens contre Parcoursup

Les lycéens de Romain Rolland ont bloqué leur établissement vendredi 26 janvier, toute la matinée, afin de protester contre le nouveau portail d’inscription en études supérieures: Parcoursup. Ils dénoncent une sélection qui ne dit pas son nom. Élèves, parents et enseignants participeront à la manifestation parisienne du 1er février.

Enfance-jeunesse

Lycéens contre Parcoursup© Mairie d’Ivry-sur-Seine - Frédéric IriarteLes lycéens de Romain Rolland le 26 janvier lors du blocus de leur établissement.

«Parcours Suppression!» «Parcours supercherie!» «Parcours supplice!» Les slogans ont fleuri sur le bitume aux abords du lycée Romain Rolland. Après une première tentative le 24 janvier, l’établissement ivryen a été bloqué par les élèves toute la matinée du 26 janvier. Ils protestaient contre Parcoursup,  le nouveau portail d'inscription des bacheliers en première année d’études supérieures. Il remplace l’ancienne plateforme Admission Post-Bac (APB). Près de 200 lycéens étaient mobilisés comme Jessy, 17 ans, en Terminale L.

«Sélectionner les élèves sur dossier nous semble plus juste que de les tirer au sort comme avec APB, explique-t-elle. Mais nous sommes opposés à Parcoursup car avec ce système, les universités vont avoir accès à toute notre vie : lycée d’origine, situation familiale, financière… et pourront pratiquer une forme de sélection selon certains préjugés. On peut ainsi craindre que les élèves venant des lycées de banlieue ne soient pas privilégiés. On nous demande même de rédiger un CV en indiquant nos expériences professionnelles comme si nous cherchions déjà du travail!»

Autres points d’achoppement décriés: l’affectation dans des filières non souhaitées, le découragement des élèves en difficulté, le manque de formation des professeurs du secondaire qui devront remplir les dossiers des élèves, la précipitation avec laquelle la mesure est mise en place car la loi n’a pas encore été votée par le Sénat…

Du côté des parents d’élèves, l’analyse est partagée, d’autant que les enfants nés lors du babyboom du début des années 2000 sont en âge d’accéder à la faculté. «Depuis des années, le nombre d'étudiants augmente en France, rappelle Safia Zidekhile, déléguée FCPE au lycée, mais les gouvernements successifs réduisent les budgets et excluent une partie de la jeunesse! Nous avons besoin d’une université non sélective, dotée de moyens, ouverte à tous!»

À l’appel des principaux syndicats étudiants et lycéens, ainsi que d’organisations syndicales enseignantes, une manifestation est prévue jeudi 1er février dans Paris pour exiger le retrait du projet de loi. Des lycéens, enseignants et parents ivryens seront dans le cortège.

Catherine Mercadier

Réagissez à cet article

Soyez le premier à réagir à cet article

Laisser un commentaire
Validation

Pour valider le formulaire, saisissez les 2 premiers caractères et les 3 derniers caractères de la série (sans ajouter d’espace entre les caractères).

  • W
  • N
  • Y
  • X
  • U
  • E
  • K
  • S

*Champs obligatoires