logo du site d'Ivry ma ville. Ivry94.fr

Réseaux sociaux

Accueil > Actualités > Le mont Olympe de Gouges Zoomer Dézoomer Imprimer Facebook Twitter Transfèrer à un ami

Le mont Olympe de Gouges

Du 5 au 16 février 2018, la dramaturge Catherine Anne met en scène «J'ai rêvé la Révolution» au Centre dramatique national du Val-de-Marne -Théâtre des quartiers d’Ivry. Une pièce inspirée d'une féministe de la Révolution.

Culture

Le mont Olympe de Gouges© BellamyOlympe de Gouges, incarnée par Catherine Anne, face au jeune soldat qui l'a conduite en prison, quelques jours avant son exécution.

Pourquoi avoir eu envie d'écrire sur Olympe de Gouges, auteure politique du XVIIIe siècle ?

Je l'ai découverte il y a quelques années alors que je suivais un cours d'histoire du féminisme. J'ai appris qu'elle avait écrit des pièces et je me suis attachée à elle. Elle avait participé à la Révolution avec le parti des Girondins [elle a écrit la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne en 1791, NDLR] et a été guillotinée le 3 novembre 1793 pour ses écrits critiques à l'égard de la Terreur. Ce qui m'a intéressée c'est que cela continue d'arriver. En Tunisie, les femmes qui ont participé au "printemps arabe" ont été renvoyées dans l'espace domestique par les hommes avec lesquels elles s'étaient battues. Ils se sont demandé si elles devaient être considérées comme leurs égales dans la nouvelle constitution. Dès qu'on gratte un peu, on se rend compte que les mouvements révolutionnaires mixtes – comme la révolution russe ou mai 68 – ont souvent été récupérés par des hommes une fois au pouvoir.

Comment expliquez-vous que la première féministe française soit si mal connue ?

Il y a beaucoup d'autres femmes restées inconnues dans la littérature, les sciences, la politique. Il est plus difficile pour une femme d'installer sa carrière dans la durée et je me l'explique comme j'explique les difficultés que je rencontre dans mon propre métier. J'ai mis un certain temps à sentir qu'être femme pouvait me freiner. Quand je suis arrivée à un certain point dans ma carrière, j'ai constaté qu'il ne restait que des hommes autour de moi lorsqu'il s'agissait de trouver des financements ou de m'adresser au ministère. La question de la place de la femme dans la politique ou dans la société agace ceux et celles qui ont le pouvoir. On ne demande jamais à un homme pourquoi il écrit des personnages d'homme, ça paraît naturel. Pourtant, nous représentons chacun la moitié de la population.

Vous êtes une auteure prolifique - vous avez près de 30 pièces à votre actif - qu'est-ce qui vous donne envie d'écrire et de mettre en scène ?

J'écris pour le rapport aux mots, à la littérature, à la poésie. Pour les liens possibles qu'ils créent entre les êtres humains.

Propos recueillis par Sarah Gyé-Jacquot

J'ai rêvé la Révolution du 5 au 16 février au Centre dramatique national du Val-de-Marne -Théâtre des quartiers d’Ivry : Manufacture des Œillets 1 place Pierre Gosnat. Relâche les mercredis soirs.01 43 90 11 11.
Informations et réservations

Bio express
1960 : naissance à Saint-Étienne.
1978 : entre à l'École nationale supérieure des arts et technique du théâtre.
1981 : entre au Conservatoire national supérieur d'art dramatique.
1984 : joue le rôle d'Hermione dans Andromaque au théâtre de la Bastille à Paris (dirigée par Jean-Claude Buchard).
1987 : créé sa compagnie de théâtre À brûle-pourpoint.
1991 : prix Arletty de l’œuvre dramatique pour Une année sans été, sa première pièce, créée en 1987.
1999 : chevalier des arts et des lettres.
2002-2011 : dirige le théâtre de l'Est parisien.
2015 : suit un master sur l'étude du genre et les rapports de sexe à Paris 8.
17 janvier 2018 : première de J'ai rêvé la Révolution à Annemasse (Haute-Savoie).

Réagissez à cet article

Soyez le premier à réagir à cet article

Laisser un commentaire
Validation

Pour valider le formulaire, saisissez les 3 premiers caractères et les 3 derniers caractères de la série (sans ajouter d’espace entre les caractères).

  • U
  • 4
  • P
  • 1
  • M
  • I
  • 6
  • 6

*Champs obligatoires