logo du site d'Ivry ma ville. Ivry94.fr

Réseaux sociaux

Accueil > Actualités > « Développer le football féminin » Zoomer Dézoomer Imprimer Facebook Twitter Transfèrer à un ami

« Développer le football féminin »

Réélue en janvier à la tête d’Ivry football, Fatma Sady est l’une des rares femmes présidente d’un club de football et elle en tire une grande fierté.

Sport

« Développer le football féminin »© Mairie d'Ivry - Frédéric Iriarte

Vous avez été réélue présidente de l’USI football pour les trois prochaines années. Comment vous êtes-vous retrouvée à la tête d’une telle institution sportive ?

Je n’ai pas de plan de carrière. Dans la famille, nous étions d’ailleurs plus rugby que football. J’ai inscrit mon fils au club en 2009. Je l’accompagnais partout et j’ai été remarquée ainsi. Sur les conseils du directeur sportif, je suis devenue parent-dirigeant bénévole. On m’a ensuite sollicité dans l’organisation d’évènements, et puis pour tenir la buvette du stade Clerville. A l’arrivée d’Adrien Ollivier, mon prédécesseur, j’ai accepté le poste de secrétaire général. Avant de démissionner récemment, le président m’a incité à postuler à sa succession. J’ai cru qu’il plaisantait ! Sa confiance, le soutien de son entourage et le souci de démontrer la stabilité du club, m’ont convaincu d’y aller. 

Comment la réélection d’une des rares femmes à la présidence d’un club de football a-t-elle été accueillie ?

Très positivement. Je sens beaucoup de bienveillance et de respect. C’est aussi la fierté d’être l’un des rares clubs du Val-de-Marne à avoir promu une femme, une attitude conforme aux valeurs sportives et citoyennes que nous portons.

Vous n’aviez pas d’expérience à un tel poste. Quels enseignements en tirez-vous ?

 

Je ne dirige pas seule un club de 962 licenciés. C’est d’abord un travail collectif et je suis idéalement épaulée. J’apprends en avançant. Ce qui a changé c’est le poids des responsabilités, un dialogue permanent avec les partenaires et acteurs du sport à Ivry, et aussi une exposition médiatique que je ne soupçonnais pas. Le risque serait de perdre le contact avec le terrain, alors je fais en sorte d’y être le plus possible. Heureusement, mes deux fils sont footballeurs.   

Quels sont vos grands objectifs en 2018 ?

 

Sur le plan sportif, la montée en Nationale 2 de notre équipe première. Tant qu’il y aura une carte à jouer nous la jouerons. Sans faire de folies financières, Ivry football tient toute sa place en Nationale 3. Je ne suis pas intervenue dans la nomination du nouvel entraineur car c’est du ressort exclusif du manager de l’USIF et de la direction technique. Chacun ses attributions et ses compétences. J’ai confiance dans leur choix. Nous poursuivons également le développement du football féminin qui compte, déjà, une trentaine de jeunes filles. Une équipe de U16 est engagée en compétition. La section dispose de vrais créneaux d’entrainement au stade de Gournay.

Quels rapports le club entretient-il avec la municipalité ?

Ils sont excellents. Le service des sports est à notre écoute et nous avons apprécié la venue de Monsieur le maire à notre assemblée générale, en janvier. Dans un contexte financier difficile, la ville fait tout ce qu’elle peut pour nous aider. Ce qui n’empêche pas de se dire les choses. Par exemple, nous demandons depuis plusieurs années la construction d’un club house où développer notre vie associative, exposer nos trophées, organiser nos manifestations. Le dossier n’avance pas mais nous ne lâchons pas l’affaire.

Propos recueillis par Frédéric Lombard