logo du site d'Ivry ma ville. Ivry94.fr

Réseaux sociaux

Accueil > Actualités > Catch solidaire Zoomer Dézoomer Imprimer Facebook Twitter Transfèrer à un ami

Catch solidaire

Des coups, des prises… des droits! Samedi 24 février, au gymnase Delaune, l’association «On y va» organise un grand gala de catch en soutien à une association de défense des droits des chômeurs et des précaires : l’APEIS.

Sport

Catch solidaire

Ne vous aventurez-pas sur la pente glissante des trucages au catch en présence de Jean-Pierre Lecompte. Selon l’ex-terreur des rings, «le catch est un véritable sport de combat» dérivé de la lutte gréco-romaine. «On donne une impression de facilité dans l’exécution des prises, mais de vrais coups sont portés.» Professionnel de 1963 à 1995, l’Ivryen de 67 ans «cassé de partout» s’est fait le chantre d’une «école européenne où le cinéma et le chiqué (truquage, ndlr) sont exclus. Le catch aux États-Unis, c’est du cirque!».

Désireux de redonner ses lettres de noblesse à un sport populaire enseveli sous les décombres du temps, l’ex-champion a concocté avec l’association ivryenne «On y va» un gala de catch à faire pâlir de jalousie les promoteurs américains.

À l’affiche : Camille, représentante de la France lors de la coupe du monde féminine ou Olivier Cash et sa mallette de billets. «Il joue le gros capitaliste qui veut écraser tout le monde avec son argent», glisse Jean-Pierre. Une allusion à la dimension cathartique de ce «défouloir populaire» où le public fait partie intégrante du spectacle. Assister à un match de catch, c’est un peu comme «mettre un coup de pied au cul des patrons», résume l’ex-catcheur.

Tout un symbole quand on sait que les bénéfices du gala seront reversés à l’Association pour l’emploi, l’information et la solidarité (APEIS), qui milite depuis trente ans pour défendre les droits des chômeurs.

Un combat qui devrait parler à tout le monde puisque «chacun risque un jour de se retrouver au chômage», selon le président de l’APEIS Philippe Villechalane. «Emmanuel Macron veut renforcer le contrôle des chômeurs, ce qui implique des sanctions et des suspensions de droits. On veut les obliger à accepter n’importe quel boulot pour faire baisser le coût du travail. Cette pression va peser sur tous les salariés qui devront accepter une baisse de salaire ou des conditions de travail dégradées pour garder leur emploi».

Alors tous sur le ring!

Julien Moschetti

En savoir plus sur l’APEIS

Grand gala de catch, le 24 février à 18h au gymnase Auguste-Delaune : 16 rue Robespierre.
Tarif: 8 € (gratuit pour les moins de 10 ans).
Préventes dans les magasins: Envie de Lire (16 rue Gabriel Péri), La Cave d’Ivry (40 rue Marat), Cannelle-Menthe (1 bis rue Louis Rousseau) et Pop Ma Chérie (43 avenue Danielle Casanova).
Réservations: 07 81 19 31 94 ou apeis(at)live.fr

Réagissez à cet article

Soyez le premier à réagir à cet article

Laisser un commentaire
Validation

Pour valider le formulaire, saisissez les 4 premiers caractères de la série (sans ajouter d’espace entre les caractères).

  • C
  • S
  • M
  • 4
  • B
  • X
  • D
  • W

*Champs obligatoires