logo du site d'Ivry ma ville. Ivry94.fr

Réseaux sociaux

Accueil > Actualités > Danyèl Waro, chantre du métissage Zoomer Dézoomer Imprimer Facebook Twitter Transfèrer à un ami

Danyèl Waro, chantre du métissage

Fidèle à la tradition du maloya, le blues de la Réunion, Danyèl Waro chante son message de révolte, d’espoir et de courage. Un grand artiste à découvrir.

Culture

Danyèl Waro, chantre du métissage© Thierry HoarauDanyèl Waro a fait prendre conscience à de nombreux Réunionnais de l’importance de leur patrimoine culturel.

Il a fait renaître le maloya, ce blues métissé aux origines africaines, malgaches et indiennes pour chanter la fierté de son île et du métissage. Cette musique qui puise ses racines dans les chants d’esclaves, a longtemps été interdite. Depuis, Danyèl Waro parcourt les scènes du monde et enregistre aussi bien avec René Lacaille, Titi Robin, Emily Loizeau, que La Tordue, l’ensemble corse A Filetta ou le rappeur sud-africain Tumi.

Mais quand Kanye West sample son morceau Mandela sans son autorisation pour un remix de Beyoncé, Danyèl Waro montre les dents et serre les poings : « Quand je dis que je chante le maloya, je ne veux pas qu’il soit folklorique, un produit pour faire exotique. Non, il est à nous, il nous donne notre respiration : notre noircité, notre batarsité, notre blanchité. Mon chemin, il est artistique, poétique, politique… »

Né il y a 62 ans dans les champs du sud de l’île, là où son père travailleur journalier avait acheté un lopin de terre, il raconte dans Tracks, sur Arte : « On plantait des patates, du manioc, du maïs, des haricots, de l’avoine. Tout ça te rend solide et t’apprend la liberté… La liberté dans le ventre, la première des libertés ! »

Les mots, il les cisèle avec le même soin qu’il apporte à fabriquer ses instruments : le kayamb fait à partir de tiges de fleurs de canne et rempli de graines de safran sauvage, le bob, une corde tendue sur un arc et une calebasse en guise de caisse de résonance et le roulèr, un gros tambour. « Faire entendre ces langues françaises, métissées et créolisées, fait partie de la ligne de programmation du théâtre Antoine Vitez, rappelle Christophe Andréani, son directeur. Après avoir tourné nos regards vers la Méditerranée, nous abordons une longue collaboration avec des artistes de l’océan indien. »

Claude Bardavid

Danyèl War « Maloya » le 20 mars à 20h, au Théâtre Antoine Vitez : 1, rue Simon Dereure. 01 46 70 21 55

Réagissez à cet article

Soyez le premier à réagir à cet article

Laisser un commentaire
Validation

Pour valider le formulaire, saisissez les 3 derniers caractères de la série (sans ajouter d’espace entre les caractères).

  • N
  • W
  • A
  • Y
  • 4
  • K
  • X
  • 3

*Champs obligatoires