logo du site d'Ivry ma ville. Ivry94.fr

Réseaux sociaux

Accueil > Actualités > Éducation en berne Zoomer Dézoomer Imprimer Facebook Twitter Transfèrer à un ami

Éducation en berne

Jeudi 15 mars, 18h30, école Dulcie September. À l’appel de la FCPE, la Fédération des conseils de parents d’élèves, quelques dizaines de parents, d’enseignants, d’élus et d’enfants se sont retrouvés pour la Nuit des écoles. L’objectif de ce temps était d’informer sur les réformes de l’éducation en cours. Si l’ambiance était clairement détendue, le propos l’était beaucoup moins.

Enfance-jeunesse

Éducation en berne© Mairie d’Ivry-sur-Seine - David Merle

« C’est la scolarité dans sa globalité qui est touchée, de la maternelle à l’université », expliquait Judith Lopes, parent FCPE aux participants de la Nuit des écoles. Une initiative de la Fédération des conseils de parents d’élèves, ce 15 mars à l’école Dulcie September. Selon elle, la refonte de la carte scolaire est très défavorable dans le Val-de-Marne avec la fermeture annoncée de 168 classes, dont 95 en maternelle. Ce, alors que le département voit sa démographie augmenter. « La maternelle est une spécificité française, la supprimer serait une économie de professeurs importante », ironise la maman, un brin agacée.

Concernant Ivry, le chassé-croisé des ouvertures et fermetures a lieu comme tous les ans. Point d’attention particulier : l’école Thorez où deux classes seraient fermées du fait de la nouvelle carte scolaire et de l’agrandissement du groupe scolaire Makarenko. Ce, alors que la Ville avait prévu de laisser les élèves de moyenne section maternelle et de CM1 terminer leur cycle là où ils l’ont commencé.

La mise en place du dispositif « 100 % de réussite », avec le dédoublement des classes de CP en REP+ (et REP* dès la rentrée prochaine) était aussi au cœur des discussions. « Outre le bel effet d’annonce, le revers de la médaille n’est-ce pas le fait d’avoir des classes surchargées dans les autres écoles, dites banales ? Et quid des remplacements des professeurs absents ? », s’interroge Marion Pinon, enseignante d’un CP-CE1 à Guy Môquet. Sans oublier la question des locaux déjà pleinement utilisés. À Ivry, seules trois écoles ne sont pas concernées par ce dispositif : Parks, Solomon et Langevin.

Les sujets d’inquiétude s’égrainent tel un chapelet de malheur. La réforme du baccalauréat avec l’introduction de contrôle continu en fait partie. Selon un enseignant du lycée Romain Rolland, « ce diplôme n’aura plus sa valeur nationale : ce ne seront plus les résultats qui seront regardés, mais le lycée d’où l’élève vient. » Autrement dit : une reproduction à l’identique des inégalités sociales et de territoires. Que dire des universités qui pourront refuser des bacheliers dans leurs filières ?

Philippe Bouyssou, le maire, Méhadée Bernard adjointe au maire en charge des affaires scolaires et Lamya Kirouani, vice-présidente du conseil départemental, ont tenu à soutenir cette initiative portée par la FCPE. « Nous voyons bien la cohérence des attaques contre le service public menées par le gouvernement : éducation, hôpitaux, cheminots…, intervenait le maire. Et nous appelons à une convergence des luttes, notamment ce 22 mars ! »

Si cette Nuit des écoles a permis d’allumer des lanternes, dehors, c’est la pénombre.

Ahmed Talbi

*Réseau d’éducation prioritaire (+ : renforcé)

Faisant suite à la nuit des écoles, un goûter militant est organisé à l’école maternelle Solomon, le vendredi 23 mars, de 16h30 à 18h30. Alors que l’école est actuellement concernée par une fermeture conditionnelle de classe, le conseil local de la FCPE appelle parents et enseignants à se mobiliser contre la dégradation des conditions d’apprentissage.

Réagissez à cet article

Soyez le premier à réagir à cet article

Laisser un commentaire
Validation

Pour valider le formulaire, saisissez les 4 derniers caractères de la série (sans ajouter d’espace entre les caractères).

  • 5
  • N
  • 7
  • A
  • 9
  • D
  • 1
  • 3

*Champs obligatoires