logo du site d'Ivry ma ville. Ivry94.fr

Réseaux sociaux

Accueil > Actualités > Claude Mangin, expulsée Zoomer Dézoomer Imprimer Facebook Twitter Transfèrer à un ami

Claude Mangin, expulsée

L’épouse ivryenne de Naâma Asfari, citoyen d’honneur de la Ville et prisonnier politique au Maroc depuis 2010, vient d’être refoulée à l’aéroport de Rabat par les autorités marocaines pour la quatrième fois consécutive cette année. Une situation contraire aux règles du droit international, que le maire Philippe Bouyssou, et deux autres édiles d’Ile-de-France, dénoncent dans un communiqué de presse commun.

Société

Claude Mangin, expulsée© Mairie d’Ivry-sur-Seine - Frédéric IriarteClaude Mangin (au centre) et ses soutiens, le 17 avril, Esplanade des Invalides.

L’histoire bégaie. Pour la quatrième fois consécutive, Claude Mangin, l’épouse de Naâma Asfari, citoyen d’honneur de la ville, a été refoulée du Maroc. Dernière expulsion en date : le 16 avril dernier. « Je me rendais au Maroc pour rendre visite à mon mari, emprisonné injustement depuis 2010 et que je n’ai pas vu depuis 21 mois, s’est insurgée Claude Mangin, à son retour sur le sol français. J’ai pourtant alerté les autorités françaises qui ne sont pas intervenues. »

Pour rappel, Naâma Asfari est un militant engagé dans une lutte pacifique pour l’indépendance du Sahara occidental et le respect des droits fondamentaux du peuple sahraoui. Lui et vingt-et-un autres militants sont emprisonnés depuis 2010 et accusés de meurtre par l’État marocain. Un embastillement jugé injuste et condamné par de « nombreuses organisations internationales » selon Claude Mangin.

Le 13 avril, soit trois jours avant le départ de Claude Mangin, le maire, Philippe Bouyssou et deux autres édiles d’Île-de-France*, avaient fait parvenir une lettre à Jean-Yves Le Drian, ministre des Affaires étrangères, indiquant que « le refus d’entrée sur le territoire marocain constitue une atteinte constante et grave au droit de Claude Mangin à une vie privée et familiale, contraire au droit international et au droit des prisonniers aux visites familiales ». Dans un autre communiqué, les trois maires regrettaient également les démarches insuffisantes des autorités diplomatiques françaises sur ce dossier très politique.

Claude Mangin, de son côté, a annoncé sa volonté de débuter une grève de la faim, dès le 18 avril, jusqu’à ce que son droit de visite à son mari soit respecté.     

* Jean-Claude Kennedy, maire de Vitry-sur-Seine, et Laurent Russier, maire de Saint-Denis.

Florian Guéguen

Pour en savoir plus
Lire l’interview de Naâma Asfari, réalisée en 2016.
Lire également le portrait de Claude Mangin, réalisé en février 2015.
Lire le communiqué de presse du 13 avril 2018 en soutien au  droit de visite Claude.
Lire le courrier conjoint du 13 avril 2018 en soutien au droit de visite de Claude Mangin.

Réagissez à cet article

Soyez le premier à réagir à cet article

Laisser un commentaire
Validation

Pour valider le formulaire, saisissez les 3 derniers caractères de la série (sans ajouter d’espace entre les caractères).

  • X
  • G
  • 2
  • N
  • W
  • I
  • A
  • E

*Champs obligatoires