logo du site d'Ivry ma ville. Ivry94.fr

Réseaux sociaux

Accueil > Actualités > Du nouveau sur le Syctom Zoomer Dézoomer Imprimer Facebook Twitter Transfèrer à un ami

Du nouveau sur le Syctom

Alors que l’enquête publique sur le futur de l’usine d’incinération sera lancée au cours du mois de mai, le maire, Philippe Bouyssou, était reçu jeudi 26 avril par le directeur de cabinet de Brune Poirson, secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire. Une réunion qui devait permettre de faire le point sur le projet de reconstruction de l’usine et d’obtenir certains gages de la part de l’État.

Cadre de vie

Du nouveau sur le Syctom© Mairie d’Ivry-sur-Seine - Frédéric IriarteLe projet de reconstruction du Syctom va faire l’objet d’une enquête publique, du 22 mai au 25 juin 2018.

Ce jeudi 26 avril, le maire, Philippe Bouyssou, était reçu au ministère de la Transition écologique et solidaire par Dominique Gombert, directeur de cabinet de Brune Poirson. Objet de la rencontre : faire le point sur le délicat projet de reconstruction de l’usine d’incinération d’Ivry / Paris XIII. Le 2 février, lors de la soirée des engagements des Assises de la Ville, la municipalité s’était prononcée pour un débat contradictoire sur la question du Syctom, et notamment sur la partie « Unité de valorisation organique » (UVO). Interrogé sur le sujet, Dominique Gombert a indiqué que l’État soutiendrait cette démarche.

Contesté localement (Collectif 3R, Zero Waste France) et jusque dans la majorité municipale (les groupes Europe Écologie - Les Verts et Convergence citoyenne ivryenne s’y opposent), le projet de renouvellement de l’usine du Syctom prévoit l’investissement de deux milliards d’euros pour, d’une part la reconstruction de l’usine d’incinération (Unité de valorisation énergétique - UVE), et d’autre part, la mise en place d’une Unité de valorisation organique (UVO). Cette dernière devra en particulier réceptionner les biodéchets triés à la source et procédé à un tri mécano-biologique des ordures ménagères.

Voilà plusieurs mois que la municipalité demandait un positionnement clair de l’État sur ce sujet. Une prise de position rendue d’autant plus pressante depuis le mois de mars, suite au dernier avis sur la question rendu par l’Autorité environnementale. S’il avalise la nécessité d’incinérer, le document, rendu public le 21 mars, s’interroge sur la taille du projet, les conséquences écologiques de l’UVO ainsi que la compatibilité du projet avec la réduction et le tri à la source des déchets. Et donc in fine, avec la loi de transition énergétique, votée en 2015. L’Autorité demandait également que soit mieux pris en compte le plan de transition B’om (Baisse des ordures ménagères), défendu par certains détracteurs du projet.

Contradiction

Lors de la rencontre, Philippe Bouyssou était accompagné de deux opposantes au projet : Anne Connan, du collectif 3R, et Sabrina Sebaihi, pour le groupe EELV. Et ce, afin que « toutes les parties prenantes au débat puissent être représentées. » Ce dernier a également salué « ce premier retour positif de l’État », après les sollicitations restées lettre morte auprès de Ségolène Royal, prédécesseure de Nicolas Hulot au ministère de la Transition écologique et solidaire.

Après avoir écouté les différentes parties prenantes, Dominique Gombert a donc affirmé que l’État soutenait une expression large des différents points de vue sur ce projet et serait représenté dans le débat à venir. De son côté, Philippe Bouyssou a également interrogé l’État sur les possibilités de règlementation des dioxines et furanes bromés, substances émises par l’usine d’incinération. Réponse de Dominique Gombert : l’absence de règlementation générale sur le sujet n’empêche pas de normes en la matière sur un site particulier.

À l’issue de la réunion, Philippe Bouyssou s’est dit favorable à une seconde rencontre avec le ministère sur le sujet  - qui en a d’ailleurs accepté le principe - au terme de l’enquête publique. Lancée à la mi-mai, celle-ci devra permettre au plus grand nombre de citoyens de s’exprimer sur ce projet.

Florian Guéguen

Dates de l’enquête publique : du 22 mai au 25 juin. 

Réagissez à cet article

Soyez le premier à réagir à cet article

Laisser un commentaire
Validation

Pour valider le formulaire, saisissez les 3 premiers caractères de la série (sans ajouter d’espace entre les caractères).

  • T
  • E
  • 2
  • E
  • Z
  • Y
  • D
  • C

*Champs obligatoires