logo du site d'Ivry ma ville. Ivry94.fr

Réseaux sociaux

Accueil > Actualités > Plume brûlée Zoomer Dézoomer Imprimer Facebook Twitter Transfèrer à un ami

Plume brûlée

Henriques Makassi, auteur de 36 ans, a écrit et mis en scène son premier opéra rap « L’annonce faite à Trapoutchik ». Rencontre en répétition.

Culture

Plume brûlée© Mairie d’Ivry-sur-Seine - Frédéric IriarteEn avril Henriques Makassi répétait sur la scène du Théâtre Aleph.

« Mon spectacle est la continuité d’une aventure commencée il y a vingt ans », explique Henriques Makassi à propos de l’opéra rap qu’il présentera au théâtre Aleph le 17 mai. À 16 ans, Henriques y entrait par la petite porte dans le but d’y voler des disques !

Il était ado, arrivé à 8 ans d’Angola, et habitait la cité d’à côté. « J’écrivais déjà des textes de rap », se souvient-il. Il prenait alors des cours d’écriture avec un rappeur du collectif hip-hop La Mafia Trece au Tremplin. Et puis il a eu de moins bonnes fréquentations… « Mais à l’époque, Oscar Castro, le directeur du théâtre Aleph m’a proposé de venir voir des pièces, en contrepartie de quoi je devais me produire sur la scène du théâtre », se souvient l’écrivain. Alors, pendant quelques années, Henriques a choisi les planches plutôt que les disques puis il a changé d’horizon.

Transcendances

L’écriture a cependant toujours été son fil conducteur, elle est aussi un moyen pour lui de se transcender. Dernièrement, Henriques a autoédité Les Murmures d’un C.R.I., roman qu’il a écrit en prison de 2010 à 2013 suite à « une connerie commise à Brest », décrit-il, pas fier. « Ça a été une période difficile, l’écriture m’a permis de sublimer toute la violence que j’avais en moi », avoue-t-il. Dans son roman, l’Ivryen narre, à plusieurs voix, le quotidien d’adolescents livrés à la violence quotidienne de leur cité. « La cité que je dépeins est celle d’où je viens mais elle peut aussi être n’importe laquelle », explique-t-il.

Aujourd’hui, Henriques vit à nouveau à Ivry, rue du Colombier à deux pas du quartier de son adolescence. Il s’est lancé dans la mise en scène avec son association Street-O-Sphère. Sa création théâtrale, L’annonce faite à Trapoutchik évoque l’histoire d’un banlieusard qui rentre chez lui après plusieurs années passées en prison. Il veut devenir chanteur et récupérer femme et enfant. C’est là qu’il croise le chemin de Trapoutchik, un prophète aux allures de Jésus… Une rédemption ?

Émilie Marsaud

L’annonce faite à Trapoutchik le 17 mai à 20h30 au théâtre Aleph : 30 rue Christophe Colomb. 01 46 70 56 85. Tarifs : de 10 € à 12 €

Réagissez à cet article

Soyez le premier à réagir à cet article

Laisser un commentaire
Validation

Pour valider le formulaire, saisissez les 1 premiers caractères et les 3 derniers caractères de la série (sans ajouter d’espace entre les caractères).

  • L
  • W
  • W
  • V
  • 7
  • 9
  • 4
  • 4

*Champs obligatoires