logo du site d'Ivry ma ville. Ivry94.fr

Réseaux sociaux

Accueil > Actualités > Claude Mangin-Asfari : le gouvernement interpellé Zoomer Dézoomer Imprimer Facebook Twitter Transfèrer à un ami

Claude Mangin-Asfari : le gouvernement interpellé

Alors que l’Ivryenne Claude Mangin-Asfari, mariée à un militant sahraoui incarcéré au Maroc, entame sa quatrième semaine de grève de la faim, sa situation a été débattue à l’Assemblée nationale ce 15 mai. Lors des questions d’actualités, le député de Seine-Maritime Jean-Paul Lecoq, très sensible à la cause sahraouie, a interpellé le gouvernement.

Société

Claude Mangin-Asfari : le gouvernement interpellé© Mairie d'Ivry-sur-Seine - Frederic Iriarte

«Nous avons gagné l’attention du gouvernement français. C’est positif ! Et je fais confiance aux institutions républicaines, a affirmé Claude Mangin-Asfari ce mardi 15 mai dans l’hôtel de ville. Mais il faut maintenant que le président Emmanuel Macron décroche son téléphone et appelle le roi du Maroc.» L’enseignante ivryenne réagissait à la séance des questions d’actualités à l’Assemblée nationale qu’elle venait de suivre sur son ordinateur, entourée des membres de l’Association des amis de la République arabe sahraouie. À cette occasion, le député de Seine-Maritime Jean-Paul Lecoq (PCF), très sensible à la cause du peuple sahraoui, a en effet interpellé le gouvernement sur sa situation.

Depuis près d’un mois, Claude Mangin-Asfari poursuit une grève de la faim au sein de la mairie afin de protester contre les autorités marocaines qui l’empêchent, depuis deux ans, de voir son mari Naâma Asfari, détenu au Maroc depuis 2010. Rappelons que rendre visite à son conjoint fait partie des droits à la vie privée et familiale, reconnus comme droits fondamentaux. Le Maroc s’était engagé officiellement à les respecter.

«Depuis que l’Espagne s’est retirée du Sahara occidental il y a plus de 40 ans, ni l’ONU, ni l’Union africaine, ni l’Union européenne ne reconnaissent  la souveraineté du Maroc sur ce territoire, a rappelé le parlementaire au nom de plusieurs députés dont ceux de son groupe, la gauche démocratique et républicaine. Depuis 2010, la vie de la citoyenne Claude Mangin a été rythmée par les visites de son mari dans les prisons marocaines. Mais depuis 2016, elle a été refoulée à quatre reprises par le Maroc et s’est mise en grève de la faim. Malgré sa force et sa détermination, sa santé se dégrade rapidement, et je lui demande de suspendre sa grève de la faim pour laisser le temps au gouvernement d’assurer son droit de visite à son mari.»

En réponse, le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a indiqué que les autorités françaises réalisaient un suivi étroit de ce dossier. «L’entrée sur le territoire marocain relève de la seule compétence du Maroc,  mais des démarches ont été effectuées auprès des autorités marocaines pour les sensibiliser sur le cas de madame Mangin, a t-il affirmé. Je suis moi-même intervenu personnellement et officiellement auprès de mes homologues marocains. Nous avons une veille très particulière et émotionnelle sur cette situation. »  

Suite à l’interpellation du gouvernement, Claude Mangin-Asfari, qui reste déterminée, donnera une conférence de presse jeudi 17 mai à 11h en mairie.

Catherine Mercadier

Prochaine conférence de presse jeudi 17 mai à 11h à l’hôtel de ville, esplanade Georges Maranne.

Voir la vidéo de la séance à l’Assemblée nationale.

Réagissez à cet article

Soyez le premier à réagir à cet article

Laisser un commentaire
Validation

Pour valider le formulaire, saisissez les 3 derniers caractères de la série (sans ajouter d’espace entre les caractères).

  • T
  • N
  • H
  • V
  • S
  • H
  • 8
  • Q

*Champs obligatoires