logo du site d'Ivry ma ville. Ivry94.fr

Réseaux sociaux

Accueil > Actualités > Défendons notre commissariat ! Zoomer Dézoomer Imprimer Facebook Twitter Transfèrer à un ami

Défendons notre commissariat !

Un rassemblement devant le commissariat d’Ivry, place Marcel Cachin, est organisé ce samedi 9 juin à 11h par la Ville. Le maire Philippe Bouyssou, la municipalité ainsi que les syndicats majoritaires de police invitent les habitants à se mobiliser. Ils protestent contre les projets de mutualisation des commissariats dans le Val-de-Marne. Celui d’Ivry est menacé de fermeture la nuit. Quant à sa brigade anti-criminalité (BAC), elle pourrait être transférée à Vitry.

Société

Défendons notre commissariat !© Mairie d'Ivry-sur-Seine - Frédéric Iriarte

«Nous nous opposons à toutes les mutualisations envisagées, qui masquent la volonté de fermeture de certains commissariats. Nous comprenons que ces projets sont à l’œuvre pour deux raisons : les mesures d’économies budgétaires et le dégagement d’effectifs pour créer la Police de Sécurité du Quotidien (PSQ)

Cet hiver, l’annonce d’un énième projet de regroupement des commissariats du département avait déclenché la colère des maires. Au-delà des clivages politiques, ils avaient cosigné un communiqué commun, sous la houlette de l’association des édiles du Val-de-Marne. Les trois syndicats majoritaires de police – UNSA, Alliance et SGP FO – s’étaient associés à cette initiative.

En mars dernier, les maires faisaient  part de leurs craintes au préfet de police Michel Delpuech. Ils lui demandaient de surseoir à ses décisions et d’engager une véritable concertation sur le sujet, ce qui a été refusé. Depuis, les édiles sont à nouveau vent debout.

Plusieurs communes seraient touchées à court terme. Le commissariat d’Ivry, qui fonctionne toute la semaine, 24 h/24, serait ainsi fermé la nuit. Ses fonctionnaires de Police secours seraient basés à Vitry. Quant à sa brigade anti-criminalité (BAC), elle serait transférée de jour comme de nuit, à Vitry.

Autre projet imminent : le rapprochement des commissariats de Charenton, Alfortville et Maisons-Alfort sur un seul site.

«Notre crainte est que le commissariat d’Ivry, qui existe depuis longtemps, devienne une antenne de police rattachée à un commissariat central, s’indigne Philippe Bouyssou, président de l’association des maires du Val-de-Marne, à l’origine de la mobilisation des édiles. Nous avons besoin d’avoir sur notre territoire des policiers, en particulier des gradés dont un commissaire. C’est indispensable pour une ville en plein développement comme la nôtre et où le partenariat est très bon avec les forces de police. Rappelons que c’est bien à l’État d’assurer la sécurité des citoyens, et non aux collectivités locales ! Voilà pourquoi nous avons toujours refusé de mettre en place une police municipale.» Policiers mobilisés.

À l’inquiétude des élus s’est ajoutée celle des policiers qui s’expriment au sein des trois syndicats majoritaires (UNSA, Alliance, l’unité SGP FO) :  «En regroupant sur un même site des forces de police, on accroît dans un premier temps les effectifs, ce qui permet d’avoir davantage de patrouilles sur le terrain, précise Fabien Seigneur, délégué syndical pour l’UNSA Police. Il faut en effet trois agents dans un véhicule, c’est la règle. Mais à terme, on assiste toujours à une baisse des effectifs.»

Autres problèmes pointés : une connaissance moins fine du territoire et des interventions moins rapides en raison de l’étendue du secteur géographique.

Pour finir, quid des personnes en détresse la nuit ? Qui leur portera assistance au plus vite ? Quid des dépôts de plainte la nuit, même s’ils sont rares à Ivry ? Les victimes iront-elles jusqu’à Vitry ? Ne seront-elles pas découragées de revenir le lendemain, en particulier les femmes victimes de violences conjugales ?

Catherine Mercadier

Lire le communiqué de presse du maire Philippe Bouyssou

La fronde des élus

Le 9 juin à 11 h, les Ivryens sont invités à se rassembler devant leur commissariat, place Marcel Cachin, aux côtés du maire Philippe Bouyssou (PCF) et de l’équipe municipale. Simultanément, une action sera réalisée à Charenton avec le maire Hervé Gicquel (LR), à Alfortville avec le maire Michel Gerchinovitz (PS) et à Saint-Maurice avec le maire Igor Semo (LR). La municipalité (LR) de Maisons-Alfort pourrait aussi se mobiliser ce jour-là.