logo du site d'Ivry ma ville. Ivry94.fr

Réseaux sociaux

Accueil > Actualités > Douce reconnaissance Zoomer Dézoomer Imprimer Facebook Twitter Transfèrer à un ami

Douce reconnaissance

Rencontre avec Sylvia Heinlein, romancière allemande jeunesse et lauréate du prix Kilalu des médiathèques pour « Tante Hulda et moi ».

Culture

Douce reconnaissanceTante Hulda et moi, Sylvia Heinlein, éditions Bayard Jeunesse.

Vous allez recevoir le prix Kilalu des médiathèques d’Ivry. Que ressentez-vous ?

Je suis très heureuse ! Il ne m’a pas été facile d’écrire ce roman mais j’y ai mis tout mon cœur. Le prix Kilalu est la reconnaissance précieuse et douce d’un travail très important pour moi.

Votre livre a été choisi par des écoliers et des collégiens. Cela confère-t-il une saveur particulière à ce prix ?

Tout à fait ! Être choisie par des enfants, voilà le vrai, le seul but ! Les adultes recommandent un livre parce qu’il a une valeur éducative, transmet un message ou parce qu’ils le trouvent bien écrit.  Mais lorsque des enfants aiment mon livre, alors je le sais à coup sûr : oui, j’ai réussi !

Votre roman aborde avec tendresse et drôlerie les thèmes de la folie et de la normalité, de la différence et du conformisme. C’est un peu vous ?

C’est tout moi ! J’ai connu beaucoup de gens « normaux » avec des comportements relevant d’après moi de la pure folie. Mais qu’est-ce que la normalité ? Si j’en avais une, voici ce que pourrait être ma philosophie : la vie est une aventure pleine de merveilles, et chacun de nous devrait être différent, un peu fou et sensible à sa manière.

Qu’est-ce-qui vous a conduit dans la littérature jeunesse ?

Avant l’an 2000, j’étais journaliste. Mais j’ai toujours eu envie d’en dire plus. Je voulais écrire sur les merveilles de la vie, les aventures, les sentiments. Sur les vraies choses. Quand j’étais petite, les adultes me disaient de ne pas raconter de mensonges, mais j’ai toujours senti que la vie était un mélange de réalité et de fiction. Les enfants comprennent ça mieux que les adultes ; je devais donc écrire pour eux.

Écrit-on pour des enfants comme on écrit pour des adultes ?

Pas dans mon cas. Je mets beaucoup plus de temps à écrire pour des enfants. Je considère chaque mot, chaque phrase, chaque contenu. Je réfléchis encore et encore aux personnages et à l’histoire.  Écrire pour des enfants demande une grande attention. Aucune négligence n’est possible.

Propos recueillis par Frédéric Lombard. Traduction Isabelle Chauchet

Le prix Kilalu sera remis le 7 juin à la mairie en présence des classes de CM2 et 6ème qui ont élu le lauréat 2018.

Bio express
Sylvia Heinlein est née en 1962 à Hambourg. Elle a étudié l'histoire de l’art, la littérature et les sciences politiques. Elle fut, pendant plusieurs années, journaliste à la radio. Depuis 2000, elle écrit des livres jeunesse et des livres éducatifs. Elle continue d’exercer en tant que journaliste indépendante. Elle a également écrit des romans adultes. Auteure reconnue outre-Rhin, elle a été traduite dans six pays. Son roman Tante Hulda et a été adapté au cinéma en Allemagne et y a reçu le prix du meilleur projet de film pour enfants en 2012.

Réagissez à cet article

Soyez le premier à réagir à cet article

Laisser un commentaire
Validation

Pour valider le formulaire, saisissez les 3 premiers caractères de la série (sans ajouter d’espace entre les caractères).

  • Z
  • P
  • W
  • Y
  • Y
  • N
  • 7
  • R

*Champs obligatoires