logo du site d'Ivry ma ville. Ivry94.fr

Réseaux sociaux

Accueil > Actualités > Pour un commissariat ouvert 24h/24 Zoomer Dézoomer Imprimer Facebook Twitter Transfèrer à un ami

Pour un commissariat ouvert 24h/24

Une centaine de personnes se sont rassemblées devant le commissariat de police d’Ivry, place Marcel Cachin, ce 9 juin à 11h. Élus, habitants et syndicats de police protestaient contre la réduction des effectifs de police, notamment la fermeture du commissariat la nuit.

Cadre de vie

Pour un commissariat ouvert 24h/24© Mairie d’Ivry-sur-Seine - Frédéric IriarteLa municipalité d’Ivry dénonce les projets de mutualisation des commissariats « inadaptés à un territoire comme le nôtre, en plein développement ».

 «Il est primordial d’avoir un commissariat dans chaque commune, notamment pour les victimes d’agression la nuit !», s’exclame Fabienne, 54 ans. «Durant les Assises de la ville, plusieurs habitants ont évoqué les problèmes d’économies parallèles et de trafics, rappelle Christine, 53 ans. Il nous faut davantage de policiers ici !» Comme ces deux Ivryennes, une centaine de personnes se sont réunies, ce samedi 9 juin à 11h, place Marcel Cachin, pour défendre leur commissariat. Plusieurs élus étaient présents comme le maire Philippe Bouyssou, Sabrina Sebaihi, adjointe au maire en charge de la sécurité, ou encore le premier adjoint Romain Marchand.

À l’appel de l’association des maires du Val-de-Marne, ils protestaient contre la réduction des effectifs de policiers, annoncée dans le département par le préfet, dans le cadre de de mutualisation. Au-delà des clivages politiques, d’autres communes étaient également mobilisées ce jour-là : la mairie socialiste d’Alfortville et les mairies Les Républicains de Charenton, Maisons-Alfort et Saint-Maurice. Ces quatre villes n’auraient plus qu’un seul commissariat.

Quant à Ivry, sa brigade Police Secours serait rattachée la nuit au commissariat de Vitry, entraînant la fermeture du site ivryen. La brigade anti-criminalité (Bac) pourrait elle aussi être transférée, de jour comme de nuit, à Vitry.

«L’accès au service public national de la police est un droit, pour tous les citoyens, notamment les victimes d’infractions et de délits, de jour comme de nuit, y compris dans nos banlieues de plus en plus délaissées,» a rappelé avec force le maire Philippe Bouyssou qui a salué la présence de plusieurs élus de la majorité mais aussi de l’opposition.

Les représentants de deux syndicats de police, Alliance et l’UNSA Police, participaient également à la mobilisation :

«Nous sommes fermement opposés au projet de mutualisation car cela ne permet pas d’avoir davantage de policiers sur le terrain, explique Fabien Seigneur, délégué syndical pour l’UNSA Police. Or il faudrait au contraire renforcer les effectifs afin que nous puissions accomplir nos missions dans de bonnes conditions.»

Une pétition devrait être mise en ligne par la municipalité dans quelques jours.

Catherine Mercadier

Réagissez à cet article

Soyez le premier à réagir à cet article

Laisser un commentaire
Validation

Pour valider le formulaire, saisissez les 4 derniers caractères de la série (sans ajouter d’espace entre les caractères).

  • 4
  • N
  • L
  • M
  • K
  • I
  • 3
  • G

*Champs obligatoires