logo du site d'Ivry ma ville. Ivry94.fr

Réseaux sociaux

Accueil > Actualités > Franprix Monmousseau : habitants et élus ne lâchent pas Zoomer Dézoomer Imprimer Facebook Twitter Transfèrer à un ami

Franprix Monmousseau : habitants et élus ne lâchent pas

Lundi 29 février en fin de journée, habitants du quartier et élus se sont de nouveau rassemblés devant le Marché Franprix de Monmousseau pour manifester leur refus de voir fermer ce magasin de proximité. À ce jour, plus de mille personnes avaient déjà signé la pétition. Une délégation s’est constituée pour aller la remettre à la direction du groupe Casino, propriétaire de la supérette.

Vie économique

Franprix Monmousseau : habitants et élus ne lâchent pas© Mairie d'Ivry - David Merle

« Ils disent qu’ils ferment le magasin parce qu’il n’est pas rentable. Moi je dis que si les produits avaient été moins chers j’y serais allée plus souvent, ne serait-ce que pour le soutenir, comme je l’ai fait quand il a rouvert, après l’incendie. » Nicole habite le quartier depuis cinquante et un ans. Et si elle ne vient plus qu’occasionnellement au Marché Franprix de la rue Monmousseau, elle sait que, pour d’autres, notamment les nombreuses personnes âgées présentes dans le quartier, c’est le seul endroit où faire leurs courses. Alors pas question pour elle que ce magasin de proximité ferme ses portes.

Avec une bonne centaine de ses voisins, elle est venue manifester, ce lundi 29 février à 18h30 devant le magasin. C’est la troisième fois en dix jours, depuis l’annonce brutale de la fermeture de la supérette, programmée pour le 1er mars au soir. Comme plus de mille personnes, Nicole a signé la pétition qui circule dans le quartier.

Raisons invoquées par le groupe Casino, propriétaire du Franprix : un manque de rentabilité et des problèmes d’insécurité pour le personnel. Des arguments qui ne tiennent pas, aux dires des clients - dont l’un d’eux souligne « la convivialité du lieu et la gentillesse du personnel » -, comme des salariés. Saïd, employé depuis douze ans, est formel : « Il n’y a pas plus de vols et d’incivilités ici qu’ailleurs et je ne me suis jamais senti en danger. »

Présents sur place aussi, ce lundi soir, plusieurs élus dont Marie Piéron, conseillère municipale déléguée à la vie du quartier, et le maire, Philippe Bouyssou. Celui-ci ne décolère pas. « On nous dit que le magasin n’est pas rentable, encore faut-il le prouver !, lance-t-il. Quand j’ai rencontré la direction du groupe la semaine dernière, je lui ai proposé un moratoire d’un an le temps de mettre en place une structure d’évaluation. J’ai cru avoir été entendu… Mais, pour finir, le directeur général de Franprix m’a froidement confirmé la décision de fermeture. »

Le maire y voit là deux logiques qui s’affrontent : celle de la rentabilité et celle de la solidarité de territoire. Car, comme les habitants, il sait bien que ce commerce de proximité est utile à l’ensemble du secteur, comme commerce bien sûr, mais aussi comme lieu de vie.

Loin de se résigner, le maire appelle les riverains à poursuivre la mobilisation et à signer la pétition. Une délégation s’est constituée qui devrait prochainement aller remettre la pétition à la direction de Casino avec des élus. Et une réunion extraordinaire du comité de quartier est annoncée. Quant aux salariés, ils seront reçus dans la semaine par un conseiller juridique à l’Union locale CGT pour connaître leurs droits.

Sur le pas du magasin, Saïd lâche : « Je suis triste. En douze ans, on s’attache aux gens. » Avant d’échanger une poignée de mains avec un habitué du lieu.

Claire Casati

Vous pouvez signer la pétition à la Maison de quartier (17 rue Gaston Monmousseau) ou en la  téléchargeant (format PDF) à déposer signée à la Maison de quartier.

Réagissez à cet article

Soyez le premier à réagir à cet article

Laisser un commentaire
Validation

Pour valider le formulaire, saisissez les 3 premiers caractères et les 2 derniers caractères de la série (sans ajouter d’espace entre les caractères).

  • 4
  • Y
  • Y
  • A
  • 8
  • K
  • X
  • A

*Champs obligatoires