logo du site d'Ivry ma ville. Ivry94.fr

Réseaux sociaux

Accueil > Actualités > Syctom : report obtenu Zoomer Dézoomer Imprimer Facebook Twitter Transfèrer à un ami

Syctom : report obtenu

Lors de sa séance du 9 décembre, le conseil syndical du Syctom a décidé de reporter à janvier le vote de la première tranche de travaux de reconstruction de l’usine de traitement des déchets d’Ivry-Paris XIII. C’est le maire Philippe Bouyssou qui en avait fait la demande, afin que les conseils municipaux des quinze villes du bassin versant se positionnent formellement sur le projet du nouveau centre.

Démocratie locale, Cadre de vie

Syctom : report obtenu© Mairie d'Ivry sur Seine - Fréderic Iriarte

« Je reporterai, si vous en êtes tous d’accord, la délibération pour la soumettre à notre comité en janvier », a déclaré Hervé Marseille, président du Syctom lors de la séance du conseil syndical du 9 décembre. La délibération portait sur le lancement de la première tranche de travaux de l’usine de traitement des déchets d’Ivry-Paris XIII. Ce report, c’est Philippe Bouyssou qui en a fait la demande. Objectif : que les conseils municipaux des quinze villes dont les déchets sont traités à Ivry, aient le temps de prendre formellement position sur le projet. « Aujourd’hui je suis minoritaire au sein du conseil municipal au titre d’une attitude politicienne qui prend en otage une question d’intérêt général, a exposé le maire en faisant référence au vœu adopté le 20 octobre s’opposant au projet de reconstruction du centre. Sans nouvelle usine, ma crainte est que les déchets soient enfouis en Seine-et-Marne et que nous maintenions une structure d’incinération vétuste. »

L’adjoint à la maire de Paris en charge de la propreté et du traitement des déchets, Mao Peninou, après avoir remercié Philippe Bouyssou de sa franchise et de la force de son discours, a déclaré « [l’]assurer au nom de la Ville de Paris de notre soutien. Le Conseil de Paris s’est déjà prononcé pour la reconstruction de l’usine. Il est légitime qu’il y ait des débats sur le projet, qui a d’ailleurs considérablement évolué.  Mais aujourd’hui, il faut être clair : l’alternative à une nouvelle usine c’est l’enfouissement. Est-ce cela la question qui nous est posée ? »

Karina Kellner, 2ème vice-présidente du Syctom, est allée dans le même sens : « On ne peut pas continuer à dire que ce seront nos voisins de Seine-et-Marne ou d’ailleurs qui continueront à prendre en charge nos déchets. »

Pour les opposants à la reconstruction, le projet contreviendrait aux objectifs de loi de transition énergétique (réduction des déchets, recyclage…).  Le maire d’Ivry a écrit à la ministre de l’Environnement Ségolène Royale afin d’obtenir la position du gouvernement à ce sujet. Mao Peninou a annoncé que le cabinet de la maire de Paris avait pris contact avec celui de la ministre.

Des élus des villes du bassin versant ont également apporté leur soutien à la démarche. « Nous n’aurons pas de double langage : nous soutenons ce projet d’intérêt général, a déclaré Laurent Lafon, maire de Vincennes. Mais il nous faudra prendre la décision à un moment, et ne pas toujours reporter. » Jorge Carvalho, adjoint au maire de Villejuif a estimé qu’on « ne peut pas dire que ce projet n’a pas été concerté, amendé et discuté. »

Stéphane Weisselberg, adjoint au maire de Romainville a reconnu qu’il « y a eu une large concertation pendant plus de dix ans. Mais nous n’avons peut-être pas tout fait pour faire accepter le projet auprès des habitants. »

Pour le maire de Saint-Ouen, William Delannoy, « l’intervention du maire d’Ivry est courageuse et claire. Il est aussi question de solidarité territoriale. S’il n’y avait pas reconstruction, Saint-Ouen refuserait de traiter davantage de déchets dans son usine. »

Quant à André Santini, maire d’Issy-les-Moulineaux, commune qui accueille l’usine Isséane, « Philippe Bouyssou mérite notre appui. Il faut être gentil avec les maires des villes concernées. Après beaucoup d’opposition, aujourd’hui plus personne ne vient protester au sujet de l’usine Isséane. Dans son environnement proche, des sièges sociaux se sont installés, les berges de Seine sont aménagées… Je ne dis pas que c’est un atout pour notre territoire, mais tout le monde estime que le projet est intelligent. »

Philippe Bouyssou a conclu en informant que « lors du conseil municipal de janvier, je viendrai présenter le positionnement des communes du bassin versant. »

Thomas Portier

En savoir plus

Réagissez à cet article

Soyez le premier à réagir à cet article

Laisser un commentaire
Validation

Pour valider le formulaire, saisissez les 3 premiers caractères de la série (sans ajouter d’espace entre les caractères).

  • R
  • M
  • 1
  • I
  • D
  • C
  • A
  • S

*Champs obligatoires