logo du site d'Ivry ma ville. Ivry94.fr

Réseaux sociaux

Accueil > Actualités > Vers une nouvelle usine Zoomer Dézoomer Imprimer Facebook Twitter Transfèrer à un ami

Vers une nouvelle usine

Au terme d’un débat de près de deux heures, le 25 janvier, le conseil municipal a approuvé le principe de la reconstruction d’une nouvelle usine de traitement des déchets ménagers Ivry-Paris XIII.

Démocratie locale

Vers une nouvelle usineProjet de nouvelle usine pour remplacer l’incinérateur actuel devenu obsolète. Lors de la séance du 25 janvier, la parole a été donnée à titre exceptionnel à un représentant du collectif 3R et à un délégué syndical CGT de l’usine Ivry-Paris XIII.

C’est un mercredi et non un habituel jeudi que le conseil municipal s’est tenu ce mois. La raison de l’avancement de la tenue de cette séance le 25 janvier : le conseil syndical du Syndicat intercommunal de traitement des déchets ménagers (Syctom) se réunissait le lendemain. Le maire voulait donc que l’assemblée communale se prononce, en amont, sur le projet de nouvelle usine à Ivry afin de porter la voix de la Ville à cette réunion. « Je suis intervenu au conseil syndical du Syctom du mois de décembre afin de demander le report du vote sur l’autorisation de dépôts des demandes de permis de construire et d’exploitation pour la future usine, pour que les villes [ dont les déchets sont traités à Ivry ] aient toutes le temps de se prononcer », a expliqué Philippe Bouyssou qui rapportait sur la question. En effet, le 20 octobre le conseil municipal avait adopté un vœu proposé par le groupe Europe Écologie Les Verts (EELV) s’opposant au projet de nouvelle usine. Le maire avait alors demandé à l’ensemble des municipalités du bassin versant et aux trois établissements publics territoriaux concernés de donner formellement leur position. Il avait par ailleurs sollicité un rendez-vous auprès de la ministre de l’Environnement Ségolène Royal pour qu’elle se prononce sur la conformité de ce projet aux objectifs de la loi de transition énergétique.

« Le vote de ce soir tient d’avantage du passage en force que d’un réel exercice démocratique », a déclaré Mehdy Belabbas, du groupe EELV. Il s’est adressé au maire en ces termes : « Pour justifier ce nouveau vote, vous vous êtes engagé devant la population, les élus de notre majorité mais aussi devant les associations mobilisées sur cette question à obtenir ces délibérations et une position claire de l’État. Nous n’avons ni toutes les délibérations des conseils municipaux du bassin versant ni celles des trois conseils de territoires concernés et aucune réponse de la ministre n’a été apportée à votre sollicitation.»

Usine et réduction des déchets

Sandrine Bernard du groupe socialiste, a elle aussi exprimé son désaccord : « Je m’insurge contre la méthode. Nous nous sommes déjà exprimés et nous sommes contre le projet de nouvelle usine. » Elle a par ailleurs salué le travail mené par le collectif 3R, dont un représentant s’est exprimé devant le conseil, pour proposer des solutions alternatives à la reconstruction du centre de traitement des déchets (plan B’OM). Propositions « auxquelles notre groupe a déjà apporté son soutien », a rappelé Saïd Hefad pour Convergence citoyenne ivryenne (CCI). « Des solutions irréalistes pour le moment », selon Arthur Riedacker du groupe radical, socialiste, républicain et citoyen. Même avis pour Jeanne Zerner du groupe Front de gauche, communistes, Parti de gauche, ensemble et citoyens : « Que se passera-t-il si en 2023, n’ayant pas reconstruit, on s’aperçoit qu’on n’est pas en mesure de fermer l’usine actuelle ? » Sébastien Bouillaud, de l’Alternative pour Ivry, a quant à lui déclaré : « Vous nous demandez de nous prononcer sur une compétence [la gestion des déchets] qui vient d’être transférée [aux établissements publics territoriaux]. Nous ne participerons pas au vote. »

Philippe Bouyssou a répondu qu’il « réfutait totalement que d’engager le débat de ce soir constitue un acte anti-démocratique. D’ailleurs, il eut été intéressant, au lieu de nous focaliser une nouvelle fois sur ce débat, de décider ensemble les grandes orientations de notre Ville en matière de réduction des déchets. Reconstruire l’usine, dans des dimensions divisées par deux est nécessaire. Tout comme notre engagement pour réduire et mieux gérer les déchets que nous produisons est nécessaire. Les deux ne sont pas incompatibles. Les deux préservent l’avenir. Notre avenir. Nous avons un chantier, un défi même devant nous : cinq ans pour réussir à diviser par deux les quantités de déchets incinérés, cinq ans pour mettre un terme définitif à l’enfouissement, cinq ans donc pour réduire et mieux trier nos déchets, dans l’ensemble des villes concernées. Cela représente 480 000 tonnes ! »

Au final, la délibération a été adoptée par vingt-une voix contre dix-huit (groupes socialiste, CCI, EELV et Mourad Tagzout du groupe Front de gauche, communistes, Parti de gauche, ensemble et citoyens). Le groupe l’Alternative pour Ivry n’a pas pris part au vote.

Thomas Portier

Lire le communiqué de presse du maire écrit à l’issue du conseil syndical du Syctom