logo du site d'Ivry ma ville. Ivry94.fr

Réseaux sociaux

Accueil > Actualités > S’inscrire dans l’Histoire Zoomer Dézoomer Imprimer Facebook Twitter Transfèrer à un ami

S’inscrire dans l’Histoire

Samedi dernier, la mairie d’Ivry accueillait un « speed dating » (« rencontre rapide ») organisé par Emmaüs Solidarité. Deux heures destinées à recruter des bénévoles pour le centre d’hébergement d’urgence pour réfugiés. Plus de cent cinquante Ivryens et Vitriots se sont inscrits, prouvant ainsi que l’heure est à la solidarité.

Société

S’inscrire dans l’Histoire© Mairie d'Ivry - Frédéric IriarteSamedi, les volontaires pouvaient se renseigner sur les différentes tâches à subvenir.

Sous les panneaux du peintre Fernand Léger scandant le « Liberté, j’écris ton nom » de Paul Eluard, la grande salle de la mairie bourdonnait d’une solidarité venue écrire son nom (et son prénom) sur les formulaires de bénévolat. Ce 4 février au matin, Emmaüs Solidarité, en charge de la gestion du centre d’hébergement d’urgence (CHU) des réfugiés ouvert le 19 janvier à Ivry-Port, exposait ses différents besoins : animations, accompagnements, soutien scolaire, interprétariat… À chacun de déterminer ses domaines de compétence et ses disponibilités horaires. Concrètement, au regard des urgences et des moyens, aider au mieux les bénéficiaires des quatre-cents places du CHU nécessite l’intervention quotidienne d’une dizaine de bénévoles en complément des quatre-vingt trois salariés permanents.

Habitant d’Ivry, Xavier s’est inscrit pour le tri des dons : « Je suis très motivé, mais je n’ai pas l’habitude, alors j’y vais doucement, sourit-il. Peut-être qu’ensuite, je me tournerais vers l’animation. En tout cas, nous sommes dans une période internationalement épouvantable, donc il faut s’investir. Je crois vraiment à la base, il ne faut pas attendre que cela vienne d’en haut. »

Parmi les deux cents à trois cents personnes présentes ce samedi matin, nombre de Vitriots, dont Antoine du nouveau collectif Port à l’Anglais, solidaire avec les réfugiés. « À Vitry, beaucoup d’habitants ont exprimé leur solidarité, se réjouit-il. Nous avons donc décidé de lancer un collectif de soutien local pour défendre l’idée que la venue des réfugiés et migrants n’est pas un problème : on peut leur faire découvrir le quartier, leur permettre de monter leurs dossiers de droit d’asile… surtout quand l’on sait que le taux de refus est de 70 % ! Bref, il faut créer du lien entre habitants et migrants. »

Être humains

« Mes parents ont accueilli des réfugiés afghans en 1980, et je suis très content de voir, aujourd’hui, autant de volontaires, s’émeut Valentin, du collectif Droit d’asile regroupant la Ligue des Droits de l’Homme, le Comité ivryen de vigilance contre le racisme, Femmes Solidaires, l’association Sperentza… « Les nombreuses associations existant sur Ivry ont un savoir-faire propre et l’envie d’agir dans leur domaine de compétence », précise-t-il.

Associations, collectifs ou « simples individus », ce matin, toutes les bonnes volontés étaient les bienvenues.

« Nous savions que les Ivryens et Vitriots étaient extrêmement accueillants et nous n’avons pas été déçus par la mobilisation !, s’exclame Grégoire, d’Emmaüs Solidarité. Nous avons même trouvé une petite dizaine de personnes parlant des langues rares comme le tigrigna d’Érythrée, l’amharique d’Éthiopie, l’arabe littéraire ou le roumain. C’est un rôle essentiel et, généralement, le plus dur à pourvoir ! »

À présent, outre une cession semblable organisée à Vitry le 25 février, tous les inscrits vont être recontactés individuellement. Ensuite, chacun à son poste car, le 9 mars, le centre achevé accueillera quatre-cents personnes et autant de situations à accompagner. Pour le meilleur et contre le pire.

Daniel Paris-Clavel

Pour tous renseignements : benevolat(at)emmaus.asso.fr