logo du site d'Ivry ma ville. Ivry94.fr

Réseaux sociaux

Accueil > Actualités > Lancement du plan propreté Zoomer Dézoomer Imprimer Facebook Twitter Transfèrer à un ami

Lancement du plan propreté

Le 25 mars, Ivryens, élus et agents municipaux ont rendez-vous au Petit-Ivry, pour la 3e journée citoyenne de la propreté. Une journée pour rendre la ville plus propre qui marque aussi le lancement du «Plan propreté». Face à la hausse des incivilités et au mécontentement des habitants, la Ville s’engage sur un plan d’actions: réflexion sur l’organisation et les méthodes des services de nettoiement et de collecte des déchets, sensibilisation et mobilisation des usagers, et possibilité de recourir à des outils de répression.

Cadre de vie

Lancement du plan propreté

Cinq millions d’euros. C’est le montant consacré chaque année par la Ville au nettoiement de ses rues, soit plus de 6% du budget municipal. Malgré cet effort important, les indélicatesses de certains continuent d’aggraver le sentiment de saleté ressenti par les habitants. «Soyons clairs, même si c’est une évidence: les déchets ne tombent pas du ciel, rappelle Stéphane Prat, adjoint au maire en charge de l’écologie urbaine. Ils proviennent d’incivilités d’un certain nombre, qui prend la ville pour une poubelle et s’imagine que les rues devraient être propres après son passage. Mais l’argent que nous utilisons pour le nettoyage, autant vous dire que j’aimerais mieux m’en servir pour envoyer des gamins en vacance », s’agace l’élu.

Dépôts sauvages, jets de détritus, véhicules épaves: autant d’incivilités qui renforcent le sentiment de saleté. Et les points noirs dans la ville sont bien connus. «Prenez les rues Marcel Sallnave ou Ernest Renan par exemple. La nuit tombée, elles deviennent des endroits particulièrement propices aux dépôts sauvages, explique François-Xavier Millais, responsable du service municipal environnement et espaces publics (SEEP). Chaque semaine, on y trouve de tout: des canapés, des frigos, des gravats, etc. Récemment, ce sont 3,5 tonnes que nous avons ramassées en une journée! Alors que, dans le même temps, les Ivryens ont une déchèterie gratuite à disposition…»

Informer et sanctionner

Chaque jour pourtant, qu’il pleuve, qu’il vente ou qu’il gèle, près de quatre-vingt-dix agents - cantonniers à pieds ou mécanisés - s’emploient à briquer la ville. En parallèle de leur travail, la commune a décidé de mettre en place dès ce mois-ci un «Plan propreté», déployé dans trois directions. Tout d’abord une campagne de communication visant à sensibiliser les plus jeunes et surtout responsabiliser les adultes. «Je connais des personnes qui seraient très gênées de se débarrasser de leur canette dans la rue, relève un agent municipal. En revanche, elles n’ont aucun scrupule à y jeter leurs mégots. C’est donc aussi à ce niveau-là qu’il faut changer les mentalités.»

Afin de pouvoir objectiver le sentiment de saleté, Ivry va par ailleurs adhérer à l’Association des villes pour la propreté urbaine. L’intérêt? Pouvoir établir régulièrement une grille d’indicateurs objectifs de propreté, lesquels ne se baseraient plus sur la perception des habitants mais sur des éléments chiffrés. Enfin, la répression sera accrue, notamment auprès des auteurs de dépôts sauvages.

Florian Guéguen

Rendez-vous le 25 mars, 9 h, place Jean Ferrat pour la 3e journée citoyenne de la propreté dans le quartier du Petit-Ivry.

Pour signaler un désordre (tags, dépôts sauvages, etc.) au SEEP, n° vert: 080 00 94 200.

En savoir plus

Voir le communiqué de presse du maire