logo du site d'Ivry ma ville. Ivry94.fr

Réseaux sociaux

Accueil > Actualités > Gagarine sur orbite Zoomer Dézoomer Imprimer Facebook Twitter Transfèrer à un ami

Gagarine sur orbite

La réunion sur le projet de renouvellement urbain du quartier Gagarine-Truillot, qui s’est tenue le 20 mars, a été l’occasion de faire le point sur les nombreuses avancées et de présenter l’équipe de concepteurs menée par l’agence d’architecture Archikubik. La concertation avec les habitants va se poursuivre tout au long du programme.

Cadre de vie

Gagarine sur orbite

« Nous sommes dans le prolongement des actions lancées il y a quelques années », a annoncé en début de réunion Romain Marchand, premier adjoint au maire en charge du développement urbain. Ce 20 mars, les habitants étaient conviés à rencontrer l’ensemble des acteurs en charge du projet de renouvellement urbain du quartier Gagarine-Truillot et notamment la nouvelle équipe de concepteurs menée par l’agence d’architecture Archikubik.  « Nous allons faire un projet urbain sur mesure, a rassuré Carmen Santana, l’architecte qui représente ce groupement devant la quarantaine de personnes présentes. Nous avons besoin que vous partagiez avec nous vos interrogations, vos réflexions, vos doutes, vos idées… » L’architecte et son équipe rencontrent depuis un mois habitants, commerçants, associations du quartier…

La rencontre était aussi l’occasion de faire un point d’étape sur le programme. Sandy Messaoui, directeur de projets à l’EPA-ORSA, l’aménageur de la Zac Gagarine -Truillot a rappelé les grands objectifs : « réaliser 90 000 m² de logements (soit environ 1 430 logements : 430 locatifs sociaux et 1 000 en accession à la propriété). Mais aussi 65 000 m² de bureaux, 2 000 m² de commerces de proximité. Le tout en contribuant à un programme d’équipements publics (école, crèche, gymnase, Maison de quartier…) et d’espaces publics (rues, places, squares…). »

Pour l’heure, la cité Gagarine continue de se vider de ses locataires, relogés dans le parc locatif neuf et ancien de l’OPH. « 65,8 % des logements sont vacants, 73 % en comptant les propositions en cours, a évalué Palmyre Valade, responsable de la commission d’attribution à l’OPH.  Il nous reste cent propositions à faire. » Romain Marchand complète : «  D’ici le 1er janvier 2018, tout le monde aura eu une proposition et le 30 juin 2018 tous auront déménagé. » Le permis de démolir la cité a été accepté en août dernier pour un chantier prévu en 2018, en fonction des résultats des études lancées prochainement.

Transformations

Grand chantier du printemps: la réhabilitation des bâtiments de l’extension Truillot. Elle consiste à poser une double peau pour l’isolation thermique des façades, changer les huisseries, mettre aux normes électriques, réaliser des travaux de plomberie, désamianter des parties communes… « Ces travaux coûtent 8 millions d’euros, pour lesquels l’OPH bénéficie d’une subvention de la Ville et de fonds européens pour l’isolation thermique », a rappelé Sabine Christof-Beaurianne, la directrice générale de l’OPH.

Viendront ensuite la démolition des derniers pavillons de l’espace Pioline, puis au terme du concours d’architecte lancé, la construction d’un bâtiment de 45 logements. En parallèle, la réhabilitation de la copropriété Ivry-Raspail va être lancée avec des aides de l’Agence nationale de l’habitat.

Dans la salle, un habitant s’inquiète : « Beaucoup de travaux sont  programmés dans le périmètre de la Zac et à proximité : tout ce que vous venez de citer, mais aussi la transformation de la gare RER, le programme immobilier de la rue Fouilloux…  Il faudrait que nous ayons un phasage un peu plus précis pour savoir à quelles galères nous allons être confrontés. »

Les travaux des 43 logements (dont 12 en accession) de Fouilloux débuteraient fin 2017, ceux de la gare en 2019… Avec la démolition de Gagarine en 2018, la remise en état des sols avant construction en 2019, il est certain que le quartier va être bouleversé dans les années qui viennent. « Nous serons vigilants à accompagner cette transformation sans dégrader les conditions de vie des habitants, a rassuré Sandy Messaoui. Nous devons élaborer en ce sens une convention urbaine de proximité, établir une charte de chantier à faible nuisance et un règlement d’organisation du chantier. »

D’autres participants insistent sur l’accessibilité : « Pensez aux handicapés et aux personnes à mobilité réduite! », lance une habitante. Un autre évoque la question de la desserte en transports en commun et demande que soit implantée une annexe de la Poste. « Des analyses sont lancées sur les besoins dans le quartier, répond Thierry Febvay, directeur général de l’EPA-ORSA. Il  est donc important que vous puissiez vous exprimer. »

Thomas Portier

Pour participer aux ateliers de concertation, faire part de vos idées et points de vue : gagarine.truillot(at)epa-orsa.fr

Télécharger le document projeté lors de la réunion (lien PDF)

Réagissez à cet article

Soyez le premier à réagir à cet article

Laisser un commentaire
Validation

Pour valider le formulaire, saisissez les 1 premiers caractères et les 3 derniers caractères de la série (sans ajouter d’espace entre les caractères).

  • W
  • W
  • D
  • S
  • W
  • A
  • V
  • Y

*Champs obligatoires