logo du site d'Ivry ma ville. Ivry94.fr

Réseaux sociaux

Accueil > Actualités > Béatrice Barbusse: féministe en action Zoomer Dézoomer Imprimer Facebook Twitter Transfèrer à un ami

Béatrice Barbusse: féministe en action

Sociologue, ancienne sportive de haut niveau, ex-présidente de l'USI hand, Béatrice Barbusse débat de la mixité dans le sport le 19 avril à la Maison de quartier du Plateau-Monmousseau. Un sujet qui est le thème central de son dernier livre Du sexisme dans le sport. Interview.

Sport, Société

Béatrice Barbusse: féministe en action© Eric Baudet - Divergence

BIO EXPRESS

- 12 septembre 1965: naissance à Paris 14e.
- 1971: arrive à Créteil, cité des Bleuets.
- 1976: découvre le hand au collège et s'inscrit à l'US Créteil hand.
- 1983-1986: licence de sciences économiques.
- 1983-1996: handballeuse de haut niveau (D1, D2).
- 1986-1990: École normale supérieure.
- 1990: agrégation de sciences sociales, CAPES de sciences économiques et sociales et master de recherche en sociologie.
- 1990-1992: trésorière de l'US Créteil hand.
- Depuis 1992: enseignante-chercheuse en sociologie à l'université Paris-Est-Créteil (UPEC).
- 1997: doctorat de sociologie.
- 2005-2007: trésorière de l'USI hand.
- 2007-2012: présidente de l'USI hand. Seule femme présidente d'un club masculin professionnel tous sports collectifs confondus de 2008 à 2012.
- 14 juillet 2011: chevalière de la Légion d'honneur.
- Depuis 2013: administratrice de la Fédération française de hand, co-responsable du plan de féminisation.
- Depuis 2015: présidente du conseil d'administration du Centre national de développement du sport.
- Mai 2016: officier de l'Ordre national du mérite.

Qu'est-ce que le sexisme dans le milieu sportif?

En 1928, la première femme à passer la ligne d'arrivée du premier 800 mètres féminin aux JO s'écroule. Les journalistes titrent : «La femme est fragile! Elle n'est pas capable de tenir une telle distance ». Même scène avec l'homme qui finit sa course dans le même état. Les journaux saluent «ce héros qui a été jusqu'au bout!»
Selon qu'il s'agit d'un homme ou d'une femme, le regard social est différent. Tout ce qui afférent au sexe masculin est valorisé et valorisant; tout ce qui est rattaché au sexe féminin est dévalorisant et dévalorisé.
C’est cela le sexisme, le fait qu'un sexe soit considéré comme supérieur à l'autre. C'est ce rapport inégalitaire. Cette suspicion a priori d'incompétence à l'adresse des femmes qui se manifeste par des comportements souvent inconscients. Il ne s’agit pas d’une abstraction. Derrière les chiffres, il y a des individus qui souffrent.

En avez-vous été victime?

Je n'ai pas honte de dire que j'ai eu mal. «Je vous présente la présidente de l'USI hand qui est une femme». Pourquoi préciser qui je suis une femme? Présidente ne suffit pas? Ce qui est déclassant est qu'on ne vous prend pas pour ce que vous êtes, mais systématiquement comme quelqu'un inférieur. La femme du président, la secrétaire…
J'ai attendu d'avoir suffisamment de recul pour pouvoir objectiver, écrire sans rancune, sans aigreur pour transmettre mon expérience et mes connaissances, dénoncer et informer.
Mon livre* est une entreprise citoyenne et engagée. Ce n'est pas un règlement de comptes. Ce que j'attaque, c'est un système, celui du sexisme institutionnalisé. Nous ne sommes pas un genre, mais un individu avant tout. 

Comment faire évoluer les mentalités?

Le sexisme dans le sport se retrouve dans toutes les disciplines, à toutes les fonctions: joueuses, arbitres, entraîneures, dirigeantes, que ce soit au niveau professionnel ou amateur. Il est incontestablement plus fort dans les sports dits masculins (le foot, le rugby).
Les freins sont d’ordre socio-culturel. Il faut éveiller les consciences, sensibiliser aux stéréotypes de genres les parents, l'école, les médias, les communicants, les politiques, les dirigeants…
Depuis la publication de mon livre, j'ai reçu beaucoup de remerciements, de témoignages, y compris d'hommes qui m'ont confié que je leur avais fait ouvrir les yeux. Dans le monde sportif, c'est la première fois que j'ai l'impression d'être prise au sérieux.

Propos recueillis par Sylvie Moisy

* Béatrice Barbusse est auteure de plusieurs ouvrages de sociologie dont Du sexisme dans le sport (Ed. Anamosa, octobre2016).

Le 19 avril, à 19h, conférence-débat avec Béatrice Barbusse sur le thème «Quelle mixité dans le sport?». Accueil du public dès 18h30.
Maison de quartier du Plateau-Monmousseau: 17 rue Gaston Monmousseau.

Les femmes et le sport

- 1922: apparition du mot «sportive» dans les dictionnaires.
- Les JO d’été sont ouverts aux femmes en hockey sur gazon depuis 1980; marathon, tir, water-polo et cyclisme depuis 1984; voile, tennis de table et les 10 km depuis 1988; badminton et judo depuis 1992; football depuis 1996; saut à la perche, haltérophilie, taekwondo, triple saut, lancer de marteau depuis 2000; lutte depuis 2004; boxe depuis 2012.
- Les femmes représentent 35% des licenciés sportifs.
- Dans les fédérations sportives, 22% des élus sont des femmes. Seules 12% des présidences des conseils d’administration sont tenues par des femmes. En 2013, elles occupent 11% des postes d’entraîneur national et 11% des postes de directeur technique national. Sur l’ensemble des postes de cadres techniques, 17% sont occupés par des femmes.

Réagissez à cet article

Soyez le premier à réagir à cet article

Laisser un commentaire
Validation

Pour valider le formulaire, saisissez les 3 premiers caractères de la série (sans ajouter d’espace entre les caractères).

  • D
  • 4
  • H
  • C
  • G
  • H
  • W
  • J

*Champs obligatoires