logo du site d'Ivry ma ville. Ivry94.fr

Réseaux sociaux

Accueil > Actualités > Garder les commissariats Zoomer Dézoomer Imprimer Facebook Twitter Transfèrer à un ami

Garder les commissariats

Quinze maires et adjoints du Val-de-Marne de toutes tendances politiques ont été reçus à leur demande par le nouveau préfet du département, Laurent Prévost, le 18 avril. Objet de leur requête : avoir des explications sur l’éventuelle réorganisation des services de police, telle qu’elle a été présentée par la presse fin mars, et avec laquelle ils sont en profond désaccord.

Démocratie locale

Garder les commissariatsLes élus des villes du Val-de-Marne au sortir la réunion avec le préfet Laurent Prévost.

C’était une hypothèse de travail, pas plus. C’est ce que le nouveau préfet du département Laurent Prévost a répondu à la délégation de quinze maires dont Philippe Bouyssou, maire d’Ivry et président de l’association des maires du Val-de-Marne, venue le rencontrer ce 18 avril. Une hypothèse de travail et non un plan déjà ficelé de réorganisation territoriale des services de police.

Un article du Parisien du 22 mars évoquait un redécoupage de la carte des circonscriptions, lesquelles seraient rattachées à un commissariat d’agglomération. Conséquence possible : une fermeture la nuit de certains commissariats voire une fermeture pure et simple. Absence de concertation, nouvelle atteinte à la notion de police de proximité : l’information avait provoqué les plus vives protestations chez les maires du département. « Je m’opposerai fermement à toute velléité de réduction ou de fermeture du commissariat d’Ivry-sur-Seine au nom d’une politique dogmatique de réduction des dépenses publiques qui avec sa logique purement comptable menace les services publics, y compris celui de la police nationale. », écrivait Philippe Bouyssou dans son communiqué de presse du 23 mars.

Quinze maires et adjoints de toutes tendances politiques avaient donc demandé à être reçus par le préfet pour éclaircir le sujet. « Notre inquiétude a été entendue, estime Nathalie Dinner, adjointe au maire de Villeneuve-Saint-Georges au sortir du rendez-vous. Maintenant, une réflexion doit être engagée avec l’ensemble des élus locaux des trois départements de petite couronne et de Paris. »

Pour Vincent Jeanbrun, maire de L’Haÿ-les-Roses, « le préfet a convenu que nous aurions au moins pu être informés depuis le début. Il nous a assurés que nous serions concertés une fois la période électorale passée et que la réforme envisagée se ferait à moyens constants avec l’objectif de mettre davantage de policiers sur le terrain. Mais la mobilisation doit rester totale.»

Un prochain rendez-vous a été fixé en juin. « Après les élections législatives, nous nous rencontrerons à nouveau afin que toutes les hypothèses de ce travail de réorganisation des services de police nous soit présentées, explique Philippe Bouyssou. Et nous attendons un courrier officiel du préfet de police expliquant la méthode et le calendrier choisi pour mener cette réforme. »

Thomas Portier