logo du site d'Ivry ma ville. Ivry94.fr

Réseaux sociaux

Accueil > Actualités > Moto: trois victoires d’affilée pour le GMT94! Zoomer Dézoomer Imprimer Facebook Twitter Transfèrer à un ami

Moto: trois victoires d’affilée pour le GMT94!

Formidable exploit du GMT94 samedi 24 juin aux 8 heures du Slovakia Ring! L'écurie indépendante de l’Ivryen Christophe Guyot a remporté l’avant-dernière course du championnat du monde d'endurance moto. À l’issue d’une bataille acharnée et sous une chaleur accablante, le team a décroché sa troisième victoire consécutive! Le GMT94 est aujourd’hui en bonne marche pour le titre de champion du monde!

Sport

Moto: trois victoires d’affilée pour le GMT94!© Reygondeau-GoodShoot.com

Samedi 24 juin se couraient les 8 heures du Slovakia Ring (Slovaquie) sur le circuit le plus rapide du championnat du monde d’endurance moto avec le Bol d’Or. Parti en deuxième position, le GMT94 a su trouver le juste milieu entre performance et sécurité (lire interview ci-dessous).

Pilotée par un équipage de choc - David Checa, Niccolò Canepa et Mike Di Meglio -, la Yamaha R1 du GMT94 a passé la première la ligne d'arrivée après 223 tours, devant la Suzuki du SERT a 1 tour et demi derrière.

Après les 24 heures du Mans et les 8 heures d’Oschersleben, le GMT94 remporte une troisième victoire consécutive. Un exploit rarissime!

Au classement du championnat du monde d’endurance moto 2017, seul un point sépare désormais le GMT94 de son rival, l’écurie française du SERT (Suzuki endurance racing team) pour l’heure en légère tête. Bravo les champions! Avec cette superbe victoire, le GMT94 a aujourd’hui son destin entre ses mains. Rendez-vous le 30 juillet à Suzuka, au Japon pour l'ultime manche.

Sylvie Moisy

Plus d’infos 

Interview de Christophe Guyot, manager du GMT94

Comment avez-vous vécu ces 8 heures du Slovakia Ring ?

Quand on gagne deux courses d’affilée, on a envie d’en gagner une autre ! Il était important de ne jamais lâcher la course pour la victoire. Mais nous ne devions pas prendre tous les risques afin de ne pas compromettre nos chances pour le titre mondial. Il fallait être intelligent et tenter de contrôler la moto en tête du championnat - la Suzuki du SERT - qui était derrière nous plutôt que la Yamaha du YART qui elle n’avait rien à perdre. C’était donc une course très compliquée. Le tout sous des températures caniculaires qui ont sollicité les organismes, la mécanique et les pneus.

Quels souvenirs gardez-vous de cette course ?

C’était un super moment ! C’est exceptionnel de gagner trois courses d’endurance de suite. Nous sommes partis en début de championnat au Bol d’Or, première course de la saison, avec 47 points de retard. Nous sommes arrivés en Slovaquie avec seulement 7 points d’écart avec la Suzuki du SERT, en tête du classement du championnat 2017. Et nous en repartons avec un petit point d’écart ! C’est tout simplement génial ! David Checa, Niccolò Canepa et Mike Di Meglio, nos trois pilotes, forment un équipage de rêve ! Une véritable dream team ! Ils s’entendent à merveille, ils partagent les valeurs de l’écurie. Ils se respectent et veulent gagner ensemble. Il n’y a aucune rivalité et que de la complicité entre eux. Il est très rare d’avoir cette homogénéité en termes de performances et d’état d’esprit.

Comment allez-vous aborder Suzuka, le 30 juillet au Japon?

Cette dernière course du championnat du monde d’endurance va se jouer sur les terres des constructeurs. C’est leur course et ils vont mettre tous les moyens en place, en utilisant du matériel très performant notamment en électronique. Sur cette course, la victoire se jouera entre usines japonaises. Mais le titre mondial se décrochera également là-bas. Le GMT94 est déjà monté sur le podium en 2012 : cela faisait alors vingt ans qu’une écurie européenne n’avait pas réussi ce challenge !

Nous allons être très méticuleux dans notre préparation et nous battre jusqu’au bout. Il ne faudra ni casser ni chuter ni arriver derrière la Suzuki du SERT. Dès lors que nous nous classerons devant eux, nous serons champions du monde !

Propos recueillis par Sylvie Moisy