logo du site d'Ivry ma ville. Ivry94.fr

Réseaux sociaux

Accueil > Actualités > Au Crédac : peaux d'âmes Zoomer Dézoomer Imprimer Facebook Twitter Transfèrer à un ami

Au Crédac : peaux d'âmes

Avec « STRETCH », première exposition personnelle hexagonale d’Alexandra Bircken, le Crédac révèle le fulgurant travail de l’artiste allemande, qui interroge ce qui fait jonction entre soi et le reste du monde : la peau.

Culture

Au Crédac : peaux d'âmes© Mairie d'Ivry-sur-Seine - Fréderic IriarteVisiteur contemplant « Timo », 2017, combinaison de motard, lors du vernissage de l’exposition d’Alexandra Bircken le 7 septembre dernier.

Eva, sculpture de bronze moulée sur une poupée sexuelle japonaise qui reproduit le tronc d’un corps féminin, fait face à Kirishima, combinaison gisante de motard accidenté. Toutes les deux reposent à califourchon sur une poutre en bois qui compose l’élément central de Trolley II, structure sur roues semblable à un échafaudage.

Les trois œuvres, auxquelles le visiteur est tout de suite confronté en entrant dans l’exposition, dialoguent dans le langage à la fois puissant et équivoque d’Alexandra Bircken, leur créatrice : nos corps sont perpétuellement confrontés à leur propre finitude, et la peau ne suffisant pas à nous protéger, vêtements, maisons, machines viennent leur porter assistance.
 
« Je m’intéresse aux zones où le corps se termine et où le monde extérieur commence », confie l’artiste en français. Née à Cologne en 1967, elle passe par la mode en intégrant dans les années 90 le prestigieux Central St Martins College de Londres, puis crée son propre label. En 2004, elle tourne la page et se met à sculpter au plus près de ses obsessions : corps, vêtements, peau-frontière entre l’intérieur et l’extérieur, interaction entre l’homme et l’objet-machine. « Mon père est ingénieur mécanicien et ma mère pharmacienne. C'est peut-être de là que me vient ce couplage entre les corps et les machines. »

Vivissection

Toutes ses sculptures font à la fois corps et machine : ordinairement apanage du masculin, la moto de gros cylindres - qu’elle a achetée, aimée, conduite - est par elle sacrifiée, chirurgicalement scindée en deux, et retrouve ainsi une seconde existence dans l'art : « La coupe ne révèle pas seulement la vie intérieure des objets, elle les désactive et les revalorise. Tu détruis quelque chose et ça devient quelque chose d’autre. »

Moulage de vagin en bronze qui se situe à l’interface du sous-vêtement et du corps (Crown, 2014), mitraillette disséquée (AK47, 2016), esquisse de corps féminin remplie de chiffons et textiles compressés dans de la cire rouge (Rosa Parks, 2013), trame de cordes en laine, de nœuds et de bois recouverts de latex et de gaines en plastique (Cocoon Club, 2016)…

La trentaine d’œuvres qu’elle a imaginées pour le Crédac échappe à toutes catégories : les matières les moins chères y côtoient des hyper bolides et des bronzes couteux, le synthétique se mêle à l'organique… Toute chose détient en elle-même un nouveau souffle. Pour les fabriquer, elle coud, tricote, assemble et lie autant qu'elle coupe, sépare, détache, déchire, démembre. Via cet univers hybride anatomique et androgyne, Alexandra Bircken sonde avant tout la condition humaine, incarnant dans les objets ces corps fragiles qui sont notre destin.

Géraldine Pasquier

STRETCH, exposition personnelle d'Alexandra Bircken. Jusqu'au 17 décembre au Centre d'art contemporain d'Ivry – Le Crédac : Manufacture des Œillets, 1 place Pierre Gosnat. 01 49 60 25 06.

Visites commentées du mois :
- « Crédacollation » (visite par l’équipe du Crédac suivie d'un déjeuner) le 12 octobre de 12h à 14h - 6€.
- « Art-thé » (visite par Mathieu Pitkevitch, suivie d'un temps d’échange autour de références artistiques ; thé, café et pâtisseries offerts) le 2 novembre à 16h - gratuit.

 

 

 

Réagissez à cet article

Soyez le premier à réagir à cet article

Laisser un commentaire
Validation

Pour valider le formulaire, saisissez les 3 derniers caractères de la série (sans ajouter d’espace entre les caractères).

  • P
  • 4
  • 1
  • 8
  • H
  • 9
  • W
  • G

*Champs obligatoires