logo du site d'Ivry ma ville. Ivry94.fr

Réseaux sociaux

Accueil > Actualités > Citoyens en herbe Zoomer Dézoomer Imprimer Facebook Twitter Transfèrer à un ami

Citoyens en herbe

En écho à la Journée internationale des droits de l’enfant, tous les accueils de loisirs se penchent cette semaine sur le sujet. Reportage à l’élémentaire Rosa Parks où les enfants ont préparé les questions qu’ils vont poser au maire ce 22 novembre, dans le cadre des Assises de la ville.

Enfance-jeunesse

Citoyens en herbe© Mairie d’Ivry-sur-Seine - Frédéric IriarteAu centre de loisirs Rosa Parks, un conseil des enfants a vu le jour cette année. On y apprend à défendre son point de vue et à écouter son interlocuteur.

Prendre la parole, s’exprimer, donner son avis, argumenter, proposer, devient une habitude chez les enfants de l’accueil de loisirs élémentaire Rosa Parks. À quand un concours d’éloquence ? S’il est un terrain que la direction de l’équipement municipal laboure opiniâtrement, c’est bien celui de la citoyenneté active. Et pas seulement lors de la Journée internationale des droits de l’enfant. Son alter ego, L’accueil Henri Barbusse, alter ego de celui de Rosa Parks, avait ouvert le sillon en 2016. « Notre projet pédagogique sollicite la réflexion et l’intervention des jeunes dans la vie quotidienne du centre et dans ses activités par exemple, avec pour finalité la construction d’un conseil d’enfants », explique Ali Arkoub, directeur de l’accueil de loisirs.

Dans cet état d’esprit, la préparation de la rencontre avec le maire qui s’est déroulée le 22 novembre dans le cadre des Assises de la ville, a servi de test grandeur nature à un nouvel exercice citoyen. Durant deux mercredis après-midi, une trentaine de volontaires réunis par groupe d’âge, de 6 à 10 ans, ont rédigé les questions que trois représentants élus dans leurs rangs sont ensuite allé poser à Philippe Bouyssou. « Afin de ne pas trop se disperser, il avait été convenu que leurs questions se concentreraient sur l’accueil de loisirs, leur quartier et la ville en général », a précisé Toufik, l’un des animateurs du « brain storming » rosaparksien.

La liberté d’expression ne s’usant que si l’on ne s’en sert pas, les intéressés ne se sont pas faits prier. Mieux, ils ont été cash. Un plus grand choix de plats à la cantine, donner davantage la parole aux petits, pas assez d’arbres dans le quartier, des solutions d’hébergement pour les SDF, moins de pollution, discuter avec les jeunes qui font du bruit… : la liste des contributions est loin d’être exhaustive. « J’ai demandé des paniers de basket dans la cour et j’espère que ça se fera », sourit Zaïneb. « J’ai posé une question sur la pauvreté et je me suis aperçu que d’autres pensaient comme moi », constate Bryan. Il n’avait jamais abordé de sujet avant, avec les copains. « Il est important que les adultes nous donnent la parole, mais on veut maintenant qu’ils nous écoutent », a confié Izia, très impliquée dans la démarche. Jeunes mais déjà citoyens (es), ils ne veulent pas compter pour du beurre.

Frédéric Lombard

Et Aussi…
Bâton de parole, mini-débat, mur d’expression… Toute la semaine, les petits Ivryens des accueils de loisirs se penchent sur la question des droits des enfants. Notons quelques initiatives particulières : initiation à la langue des signes, atelier critique littéraire à la médiathèque, atelier d’écriture avec le chanteur Merlot, atelier sophrologie de gestion de la colère, découverte de l’exposition « Témoin secondaire » de Francisco Ruiz de Infanté à la galerie Fernand Léger, visite du centre municipal de santé…

Réagissez à cet article

Soyez le premier à réagir à cet article

Laisser un commentaire
Validation

Pour valider le formulaire, saisissez les 4 premiers caractères de la série (sans ajouter d’espace entre les caractères).

  • U
  • A
  • M
  • 2
  • 8
  • 2
  • R
  • X

*Champs obligatoires