logo du site d'Ivry ma ville. Ivry94.fr

Réseaux sociaux

Accueil > Actualités > François d’Assise : corps et âme Zoomer Dézoomer Imprimer Facebook Twitter Transfèrer à un ami

François d’Assise : corps et âme

Le comédien Robert Bouvier reprend « François d’Assise », d’après l’œuvre du poète Joseph Delteil, mis en scène par Adel Hakim récemment disparu. Représentations du 1er au 12 décembre au Centre dramatique national-Théâtre des Quartiers d’Ivry.

Culture

François d’Assise : corps et âme© Mario Del CurtoRobert Bouvier jouant François d’Assise dans la mise en scène d’Adel Hakim lors de la création du spectacle en 1994 en Suisse.

« Imagine que tu es un ragazzo, un jeune homme à la fois voyou et farfelu, comme il en existe dans les films de Pasolini ! Voilà les indications qu’Adel Hakim me donnait pour jouer François d’Assise. Il le voyait comme un troubadour d’aujourd’hui, un SDF partant sur les routes, à la recherche de sa vérité. » Jusqu’au 12 décembre, Robert Bouvier incarne ce mystique provocateur du XIIème siècle à la Manufacture des Œillets. Seul en scène, il donne corps à la langue foisonnante et jubilatoire de Joseph Delteil, qui imaginait que cet homme de chair, qui tombe amoureux, pouvait très bien être athée et laïque.

Cette œuvre, le comédien la connaît bien. Il y a plus de vingt ans, il avait proposé au metteur en scène, devenu son ami, de l’adapter pour le théâtre. Depuis sa création en 1994, Robert Bouvier n’a cessé de la jouer, en France et à l’étranger. Soit  près de quatre cents représentations.

« J’aime le théâtre qui cultive le goût et l’appétit de la vie. François d’Assise de Joseph Delteil est un hymne à la liberté servi par un texte magnifique, extrêmement poétique, poursuit l’interprète. Adel et moi, nous étions touchés par le côté philosophe du personnage, pas par son aspect religieux. »

En pleine guerres religieuses des Croisades, il se rend ainsi auprès du sultan d’Égypte pour tenter de réconcilier l’Orient et l’Occident, et alerter sur les dangers de l’intégrisme. Il n’hésite pas non plus à décrier les dérives de son ordre religieux.

« François n’est pas désengagé de la vie. Il s’y plonge pleinement. Avec sensualité et raison, avait écrit Adel Hakim. Loin d’être une retraite, une tour d’ivoire ou une position d’effacement, c’est une place en harmonie avec l’univers. La vision de François est grande et, d’après lui, chaque être porte en soi la grandeur du cosmos. »

Le 29 août dernier, le regretté metteur en scène et codirecteur du Théâtre des Quartiers d’Ivry s’est éteint. Mais c’est de son vivant qu’il avait eu le désir que ce spectacle soit rejoué à la Manufacture des Œillets.

« Adel était un humaniste, cela transparait dans son travail. Maintenant qu’il n’est plus là, j’ai la responsabilité de continuer à transmettre ce précieux héritage, conclut Robert Bouvier. Je suis très heureux de jouer dans ce théâtre qui était si cher à son cœur et devant le public ivryen. C’est beaucoup d’émotions. »

Catherine Mercadier

François d’Assise de Joseph Delteil du 1er au 12 décembre au Centre dramatique national du Val-de-Marne -Théâtre des Quartiers d’Ivry : Manufacture des Œillets, 1 place Pierre Gosnat. 01 43 90 11 11. Tarif pour les Ivryens : 13 € (9 € pour les abonnés). Durée : 1 h 30.

Réagissez à cet article

Soyez le premier à réagir à cet article

Laisser un commentaire
Validation

Pour valider le formulaire, saisissez les 3 premiers caractères de la série (sans ajouter d’espace entre les caractères).

  • 3
  • 1
  • 7
  • W
  • K
  • S
  • R
  • V

*Champs obligatoires