logo du site d'Ivry ma ville. Ivry94.fr

Réseaux sociaux

Accueil > Actualités > Manipulateur d’âmes Zoomer Dézoomer Imprimer Facebook Twitter Transfèrer à un ami

Manipulateur d’âmes

Les 13 et 16 décembre, le comédien marionnettiste Pascal Vergnault met en scène «Il était une deuxième fois - livre 1» au théâtre Antoine Vitez. Des contes drôles et piquants pour les enfants d’aujourd’hui. À découvrir dès 5 ans. Rencontre.

Culture

Manipulateur d’âmes© Tristan VergnaultNathan, Nathan de Luc Tartar, l’une des trois histoires animées racontées dans Il était une deuxième fois - livre 1. Le récit initiatique d’un petit garçon à la recherche des mots.

Comment devient-on marionnettiste ?

Pascal Vergnault : Je suis tombé dedans, comme Obélix ! J’avais 13-14 ans quand j’ai suivi un atelier de marionnettes. Cela a marqué le début d’une aventure. Je suis marionnettiste depuis plus de quarante ans. J’ai fabriqué 400 à 500 marionnettes. Et chacune a un petit nom. Les marionnettes ont quelque chose de l’ordre du vivant dans leur esthétique. Il est fascinant de les manipuler pour leur faire prendre vie et leur donner une âme. Je suis amoureux de mes marionnettes comme un musicien l’est de ses instruments. Elles sont une continuité de moi. C’est hypnotique !

Qu’est-ce qui vous attire dans cet art ?

Pascal Vergnault : On pourrait penser que c’est un art désuet, naïf. Mais la marionnette, c’est du théâtre. La manipulation de marionnettes, c’est du jeu. C’est être acteur. Aujourd’hui, nous manipulons à vue, c’est-à-dire qu’on nous voit sur scène. Ce qui est intéressant pour le public et reste malgré tout magique. Un bon marionnettiste est celui qui sait s’effacer et est en symbiose avec l’objet. Ce qui m’amine, c’est de raconter des histoires et de me laisser guider par l’objet. Parfois, c’est lui qui m’emmène. Alors je lâche prise et je fais confiance à cet objet vivant qui favorise de fait l’imaginaire et tous les possibles. Sur scène, une marionnette peut faire un bond de quatre mètres, ou se couper la tête... Un comédien, lui, ne le peut pas ! Chaque spectacle est également un renouvellement. Il faut chercher de nouveaux matériaux pour sculpter un visage qui, pendant 40 à 50 minutes sur scène, exprimera tour à tour la colère, le rire, le désespoir, la mélancolie, le bonheur…

Que représente-t-il aujourd’hui ?

Pascal Vergnault : Un mouvement de jeunes marionnettistes a éclos dans les années 90. Le genre s’est renouvelé dans la manière de raconter la vie, le monde, d’utiliser l’espace. Depuis, l’intérêt pour la marionnette s’accroit. Malgré la télévision et les outils technologiques, les enfants se laissent encore séduire par la simplicité de l’objet. Cet outil de médiation permet de parler de choses fortes mais avec distance et poésie. Aujourd’hui, les spectacles de marionnettes apportent encore du rêve. Et restent un art très populaire et noble à la fois.

Propos recueillis par Sylvie Moisy.

Plus d’infos

Le 13 décembre à 14h30 et le 16 décembre à 17h, Il était une deuxième fois - livre 1, spectacle du Théâtre pour deux mains (création 2015). Trois contes écrits par trois auteurs et joués par trois types de marionnettes prennent place sur des livres géants. Dès 5 ans.
Durée : 45 min. Tarifs : 15€ (plein), 13€ (réduit), 6€ (enfant), 10€ (adultes accompagnateurs, 2 maximum)
Théâtre Antoine Vitez : 1 rue Simon Dereure. Réservation : 01 46 70 21 55.

Bio express
1958 : naissance à Cholet (Maine-et-Loire), puis passe l’essentiel de son enfance et adolescence à Paris.
Début des années 70 : découvre les marionnettes lors d’ateliers.
1977 : diplômé en arts graphiques.
1979 : devient concepteur et constructeur de décors et de marionnettes.
1980-1997 : marionnettiste à la Compagnie des marionnettes de Nantes.
1997-2000 : participe à la création de spectacles pour l’association nantaise Les quatre marionnettistes.
Depuis janvier 2001 : directeur artistique et metteur en scène de la compagnie Théâtre pour deux mains (Nantes) qu’il a fondée. La compagnie compte plus d’une dizaine de spectacles à son actif.

Réagissez à cet article

Soyez le premier à réagir à cet article

Laisser un commentaire
Validation

Pour valider le formulaire, saisissez les 4 premiers caractères de la série (sans ajouter d’espace entre les caractères).

  • J
  • 9
  • P
  • 7
  • R
  • V
  • E
  • E

*Champs obligatoires