logo du site d'Ivry ma ville. Ivry94.fr

Réseaux sociaux

Accueil > Photothèque > Après la rue, la vie Zoomer Dézoomer Imprimer Facebook Twitter Transfèrer à un ami

Après la rue, la vie

La maraude d’Emmaüs Solidarité est un dispositif expérimental qui vise à réaliser un diagnostic social dans les lieux de grande précarité de la ville. Depuis janvier 2017, quatre salariés de l’association sillonnent Ivry et vont à la rencontre des habitants des squats et bidonvilles ivryens, pour l’essentiel des Roms. À l’issue de la maraude, une cinquantaine d’entre eux rejoindront le Centre d’hébergement d’urgence (CHU). Un premier pas vers une nouvelle vie.

Après la rue, la vie
Après la rue, la vie
La maraude d’Emmaüs Solidarité est un dispositif expérimental qui vise à réaliser un diagnostic social dans les lieux de grande précarité de la ville. Depuis janvier 2017, quatre salariés de l’association sillonnent Ivry et vont à la rencontre des habitants des squats et bidonvilles ivryens, pour l’essentiel des Roms. À l’issue de la maraude, une cinquantaine d’entre eux rejoindront le Centre d’hébergement d’urgence (CHU). Un premier pas vers une nouvelle vie.
  • Date de création : 04/04/2017

4 avril 2017

  • Dans leurs bureaux du Centre d’hébergement d’urgence (CHU), Marie, cheffe de service, et Anas, éducateur, préparent leur prochaine maraude. Cet après-midi-là, direction Villa des Sorbiers, où vivent une quarantaine de personnes. © Mairie d'Ivry sur Seine - Alexandre Bonnemaison
  • Marie et Anas épaulent Petruta dans ses démarches administratives. Le casse-tête du jour ? La réinscription à l’aide médicale d’État (AME). © Mairie d'Ivry sur Seine - Alexandre Bonnemaison
  • La maraude expérimentale est subventionnée par la Ville à hauteur de 140 000 euros. © Mairie d'Ivry sur Seine - Alexandre Bonnemaison
  • « Ces personnes subissent un isolement forcé. C’est pourquoi l’un des premiers enjeux de la maraude consiste à nouer des liens et être à leur écoute », rappelle Marie. © Mairie d'Ivry sur Seine - Alexandre Bonnemaison
  • Sur le camp, ils sont plusieurs à parler français. Fierraru, elle, bénéficie de deux heures de cours hebdomadaires à l’Étape ivryenne. © Mairie d'Ivry sur Seine - Alexandre Bonnemaison
  • Discussions autour de la carte vitale. Contrairement aux idées reçues, une partie des habitants travaillent en CDI et cotisent pour la Sécurité sociale. © Mairie d'Ivry sur Seine - Alexandre Bonnemaison